Aide au logement, comment en bénéficier lorsqu'on est en colocation ?

Posté le: 12 May, 2019 09:11 AM


La colocation est de plus en plus prisée par les étudiants. En plus d’être économique, elle est aussi pratique. Toutefois, une question se pose : est-il possible d’obtenir une aide au logement lorsqu’on est en colocation à Paris ou dans d’autres régions ? Si oui, comment ?
 

Les aides au logement, attribuées à la colocation
 

Comme pour la location ordinaire, 3 types d’aides peuvent être alloués en matière de colocation : l’APL, l’ALS et la LOCA-PASS.
 

L’APL, appelée aussi Aide Personnalisée au Logement est un appui au logement, offert par la CAF. Elle consiste à la prise en charge partielle du loyer, dépendant des ressources de chaque colocataire. Elle est attribuée à toute personne, sans distinction d’âge. Pour en bénéficier, vous pouvez soit vous adresser auprès de la CAF la plus proche de chez vous, soit faire la demande sur leur site en ligne.
 

Quant à l’Aide de logement Social (ALS), elle est attribuée aux personnes qui ne bénéficient pas de l’APL. Elle possède les mêmes conditions que cette dernière, c’est-à-dire qu’elle permet de diminuer le montant du loyer. La valeur de ce rabais se calcule en fonction des revenus de chaque colocataire. Comme pour l’APL, elle est aussi délivrée par la CAF.
 

Enfin, la LOCA-PASS est une aide assurée par les Organismes d’Action Logement. Elle s’opère de deux manières, soit en garantie, soit en avance. Dans le premier cas, l’organisme va payer les loyers impayés, jusqu’à 9 mois. Néanmoins, ce loyer ne doit pas dépasser les 2000 euros. Dans le second cas, le bénéficiaire pourra obtenir une allocation de 500 euros, afin de couvrir les loyers et les diverses charges.
 

Les conditions d’attribution de l’aide au logement dans la colocation
 

L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions.
En premier lieu, pour bénéficier de l’APL, le colocataire doit prouver l’existence d’un bail. Celui-ci peut être conclu individuellement ou de manière collective. De même, il doit mentionner l’état du logement ainsi que les identités de chaque colocataire.
Ensuite, le logement à Paris ou dans d’autres régions, doit constituer la résidence principale du locataire.
L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions. Enfin, il ne doit exister aucun lien entre le propriétaire du lieu et le bénéficiaire de l’aide au logement.
 

En second lieu, deux conditions sont nécessaires pour bénéficier d’une ALS. D’un côté, le logement doit être moins de 9 m2. Il doit posséder au moins un point d’eau. D’un autre côté, il doit être la résidence principale du colocataire.
 

En dernier lieu, la LOCA-PASS est attribuée aux salariés d’entreprises privées, aux jeunes étudiants moins de 30 ans, et qui justifient d’une convention de stage de moins de 3 mois.
 

Si vous réunissez tous ces critères, vous pouvez faire votre demande d’aide auprès de la CAF ou de l’Organisme d’Action Logement. Ces derniers vont alors examiner vos dossiers et vous demander de remplir plusieurs formalités. Dès que la demande est approuvée, une notification vous sera expédiée par courrier. En principe, l’octroi d’aide commence un mois après cette notification.

Explorer plus

Focus sur le bail mobilité

Le bail mobilité est une révolution pour ceux qui recherchent un logement à Paris pour une courte durée. Il s’agit d’un bail de location facile à mettre en place et les biens proposés sont meublés. C’est une vraie aubaine pour les étudiants qui n’ont pas besoin d’un bail classique. De plus, sa durée ne dépasse pas les 10 mois. Le bail est non renouvelable. Quelques informations supplémentaires à ce sujet.   Que dit la loi ? Le bail mobilité s’adresse uniquement aux locataires qui remplissent certains critères. Il s’agit d’un locataire à la recherche d’appartements à Paris qui peut justifier une formation professionnelle, des études supérieures ou encore des stages. Le bailleur et le futur locataire se mettent d’accord sur le bail à contracter qui peut durer de 1 à 10 mois. Le bailleur a l’obligation de proposer un bien immobilier décent. Et l’habitation en question doit être meublée et fonctionnelle pour que le locataire puisse y vivre dès la signature du contrat. Le loyer est librement fixé par le propriétaire. Il serait, en effet, différent selon le quartier à l’instar d’une location à Paris.   La colocation est-elle possible ? En termes légaux, la sous-location et la colocation à Paris sont interdites pour un bail mobilité. Toutefois, la loi autorise le bailleur à le faire s’il est consentant. Après, le propriétaire et les futurs locataires s’entendent sur les clauses qui leur conviennent sur les biens en location studio, location appartement à Paris. La durée étant de 10 mois maximum et non renouvelable. Pour vos recherches de colocation à Paris, bailti est une plateforme de mise en relation incontournable. Il s’agit d’un site où ceux qui recherchent leurs futurs colocataires peuvent se choisir. Oui, vous avez le choix entre différents profils. Vous vivrez avec des personnes qui vous ressemblent. Trouver une sous-location à Paris devient ainsi accessible.   Le renouvellement du bail Il faut savoir que ceux qui veulent faire un contrat de bail mobilité que la durée convenue n’est pas renouvelable. Et pour rester encore dans un logement à Paris et meublé, il faut que les locataires signent un nouveau bail. Pendant toute la durée du bail, le bailleur n’a pas le droit de donner congé aux locataires. Ces derniers, par contre, peuvent annuler à tout moment le contrat en déposant un préavis d’un mois. Avant la fin du bail, le bailleur peut faire une révision des biens. Il s’agit de vérifier l’état des meubles ou encore l’état des lieux en général. L’accord de la continuité du bail de mobilité n’est pas faisable. Le bailleur va faire constituer de nouveaux dossiers aux mêmes locataires si ces derniers souhaitent encore rester. La durée sera toujours de 1 à 10 mois pour ce type de bail.   Les charges supplémentaires Étant étudiant ou en stage professionnel à la recherche d’un logement à Paris, vous avez sûrement un budget très serré. Outre la possibilité de payer la caution, il faut aussi penser à tous les frais qui s’ajoutent au loyer. La plupart des bailleurs en location d’appartements meublés optent pour le loyer avec toutes les charges comprises. Toutefois, d’autres clauses et accords peuvent être mis en annexe du contrat de bail. C’est pour cela qu’il est conseillé d’entretenir une bonne relation avec son futur propriétaire afin de faciliter toutes les démarches.

Astuces et trucs de grand-mère pour entretenir sa maison

Les astuces et trucs de grand-mère pour entretenir chez soi est devenus une tendance du moment. Et pour cause, nos grands-mères étaient de vraies fées de la maison. Leurs intérieurs étaient tenus merveilleusement et leurs savoir-faire, à la fois économiques et naturels, se sont communiqués de génération en génération. Vous ne saviez pas comment faire partir une tâche déplaisante ? Votre grand-mère avait toujours la recette miracle ! Les astuces et les trucs de nos grands-mères sont loin d’être des traditions. Nous les avons utilisés depuis longtemps, jusqu’à ce que les produits ménagers apparaissent dans les rayons des supermarchés. Laissés dans l’oubli pendant de nombreuses années, ils sont actuellement de retour en force, pour le plus grand bonheur de ceux qui veulent trouver des alternatives économiques et écologiques à nos produits ménagers courants. Vous préférez avoir un intérieur parfait sans vous ruiner grâce à de solutions « maison » ? Dans cet article, nous vous invitons à découvrir 4 astuces et trucs de grand-mères. Stop les produits ménagers ! Ce n’est plus un secret, les produits ménagers classiques comportent des ingrédients chimiques qui peuvent être dangereux et toxiques pour l’environnement et pour la santé s’ils ne sont pas utilisés avec précautions. Ils peuvent aussi polluer les sols et les nappes phréatiques ainsi que l’air. Heureusement les astuces et trucs de grand-mère nous permettent de changer ces produits à l’avantage d’autres, complètement naturels, plus simples, et, bien sûr, tout aussi efficaces ! Le bicarbonate de soude Très bon marché et 100 % naturels, le bicarbonate de soude est un détergent multi-usage incontournable de nos grands-mères. Présenté sous la forme de cristaux ou d’une poudre, le plus souvent il est réputé pour blanchir les vêtements. En l’utilisant, vos tissus retrouvent ainsi un blanc éblouissant.  Il a aussi une fonction anticalcaire et adoucissante, idéal aussi bien pour vos textiles que pour la durabilité de votre machine à laver. Il est également désodorisant et il est particulièrement efficace sur les odeurs des chaussures et de transpiration du linge. Il peut encore servir à nettoyer une moquette, un tapis, un matelas et il est très efficace pour lutter contre les allergènes. Pour plus d’informations, vous pouvez encore effectuer des recherches sur internet pour tous les avantages du bicarbonate de soude. Le vinaigre blanc Le vinaigre blanc est l’un des éléments phares de nos grands-mères ! Très bon marché et 100 % naturels, vous pouvez lui trouver de nombreuses utilités dans la maison. C’est un puissant anticalcaire qui peut remplacer favorablement vos crèmes à récurer : robinets, baignoire, bouilloire, cafetières, casseroles, ou encore lave-linge et l’évier n’ont qu’à bien se tenir ! Il peut être utilisé pour le nettoyage des miroirs et des vitres ; il va désodoriser et désinfecter complètement les salles de bain, les surfaces des cuisines, et les toilettes et aussi vos canalisations. Le furet et la ventouse  Si votre canalisation a décidé de vous jouer des tours, vous pouvez utiliser deux ustensiles. Il suffit de les accompagner avec un peu d’huile de coude. En premier, vous pouvez utiliser le furet, une longue tige métallique avec une petite brosse au bout, qui permet de décomposer le bouchon. Avant de l’intégrer dans votre canalisation, faites couler un peu d’eau pour savoir si votre canalisation est complètement bouchée. Lorsque vous percevez une résistance, vous avez touché le bouchon. Laissez tourner le furet sur lui-même jusqu’à ce que le solide disparaisse. Ensuite, vous pouvez sortir votre furet de la canalisation et recommencer à couler un peu d’eau.   Par ailleurs, vous pouvez aussi utiliser la ventouse pour savoir déboucher une canalisation. Pour cela, vous devez remplir votre évier ou votre lavabo d’un peu d’eau pour que le caoutchouc de la ventouse soit couvert d’eau. Installez la ventouse sur la bonde, maintenez fermement puis retirez sans décoller la ventouse afin qu’il y ait un appel d’air. Répétez cette action jusqu’à ce que le lavabo se vide complètement. Le savon noir Autre produit bon marché et miraculeux, le savon noir. Fabriqué à partir d’un mélange d’olives noires et d’huile et macéré dans de la potasse et du sel, le savon peut se présenter sous forme de liquide ou de pâte. Cependant, prêtez une attention particulière pour bien choisir un savon noir 100 % naturel, car certaines marques y combinent parfois des ingrédients toxiques et dangereux pour la santé. L’idéal c’est de l’acheter dans votre magasin biologique préféré. Le savon consiste à nettoyer pratiquement toutes les surfaces de la maison : parquet, carrelage, inox, lino, toilettes, marbre, évier. Vous pouvez même l’utiliser pour faire briller votre argenterie !

Comment financer votre achat de logement neuf ?

Comment financer votre achat de logement neuf ? Devenir propriétaire reste le rêve et l’objectif de plusieurs Français, d’autant plus que l’immobilier demeure aujourd’hui une des rares valeurs pouvant être qualifiées de durable et sûre lorsqu’il s’agit d’investir. Bien que l’achat d’un bien immobilier soit synonyme de sécurité et de plus-value, il est néanmoins nécessaire de disposer du capital initial nécessaire pour en faire l’acquisition. Fort heureusement, plusieurs dispositifs ont été mis en place autant par l’Etat que par les établissements de crédit pour faciliter l’investissement des particuliers dans le secteur immobilier. Mise en place en 2014 pour soutenir un secteur en difficulté, la loi Pinel est en l’occurrence toujours en vigueur pour aider ceux qui souhaitent investir dans un bien immobilier neuf. La loi Pinel en bref Initialement, la loi Pinel constituait un dispositif dont la fin était prévue en 2017. Pourtant, l’Etat a finalement reconduit cette mise en place pour quatre ans supplémentaires. Le dispositif Pinel est une aide au financement pour les personnes qui souhaitent acquérir un logement neuf. Concrètement, cette loi permet de bénéficier d’une déduction fiscale pouvant atteindre jusqu’à 21% du prix du bien. Pour plus de renseignements à ce sujet vous pouvez voir les infos Pinel ici. Outre le fait d’inciter les Français à investir, la loi Pinel permet au gouvernement de favoriser la construction de biens immobiliers qui répondent aux normes écologiques en vigueur actuellement. Accessoirement, le dispositif Pinel contribue au renouvellement des infrastructures immobilières et aussi à la réduction de la pollution générée par la production d’énergie issue des biens immobiliers vétustes. Néanmoins, l’achat d’un logement neuf ne constitue pas une condition nécessaire et suffisante pour pouvoir bénéficier de la loi Pinel. L’Etat exige que le logement soit tout d’abord mis en location pendant 6, 9 ou 12 ans. Selon la durée de location à laquelle s’engage l’investisseur, il aura l’opportunité de bénéficier d’une déduction de 12%, 18% ou 21% sur ses impôts.   Loi Pinel : quels avantages pour les investisseurs ? Mise à part l’avantage fiscal et l’économie réalisée par les acheteurs, la loi Pinel dispose également de plusieurs atouts. Les membres de la famille du propriétaire peuvent notamment se constituer locataires pendant la période choisie par ce dernier en vue de bénéficier d’une réduction d’impôts. En d’autres termes, il est possible d’acheter un logement neuf afin qu’enfants ou petits enfants y emménagent. Afin que ce genre de cas soit pris en compte, il est toutefois nécessaire que les foyers fiscaux de l’investisseur et du locataire soient bien distincts. Le cas échéant, les avantages fiscaux ne pourraient être accordés. Bien que tous ces éléments soient non négligeables, le principal avantage reste tout de même la constitution d’un patrimoine immobilier qui correspond à la fois à une épargne mais également à un investissement. En effet, comme toute immobilisation, un bien produit de la plus-value une fois que son coût est amorti sur une période donnée. Quant à ce qui concerne l’épargne, l’achat d’un logement neuf constitue une bien meilleure option qu’un livret A surtout en vue de la préparation d’une retraite en toute sérénité.  

Les pièges à éviter avant de louer un appartement

Si trouver un appartement à louer est une chose difficile en soi, trouver un logement dans la ville de Paris l’est encore plus. Non seulement le loyer dans cette capitale française est des plus élevés sur le marché immobilier, mais les offres sont en réalité bien en dessous des demandes. La location d’appartement à Paris requiert donc beaucoup plus de vigilances. Si vous avez tant trimé pour enfin trouver une offre de location qui convient à votre budget et qui correspond à vos critères de sélection, n’oubliez pas de revoir une à une les pièges dans lesquels vous pourriez tomber. En effet, le monde de l’immobilier représente un énorme marché, et du coup l’arnaque, l’abus et certaines pratiques douteuses font partie intégrante du milieu. Avant de conclure avec l’agence immobilière ou les propriétaires directs, que ce soit pour la location d’appartement, une colocation ou encore la location de studio, il faut essayer de déceler les pièges éventuels que cela pourrait cacher. Le mandat cash, un piège courant Si vous avez déniché un logement à Paris par le biais des petites annonces immobilières gratuites, cela sent à plein nez l’arnaque. Ce sont en fait de faux propriétaires. Le principe reste le même, il ne faut jamais débourser le moindre centime avant la conclusion définitive du contrat de location. La personne qui a diffusé l’annonce pourra prétendre ne pas habiter la région et par conséquent, sera obligée de se déplacer. Elle demandera alors un acompte de la part du prochain locataire avant même de rencontrer ce dernier. Il ne faut donc jamais envoyer de mandat cash pour réserver ou pour avoir un entretien avec les propriétaires. Cette pratique est avérée dans la mesure où le loyer annoncé est bien inférieur au cours habituel. De ce fait, il est plus facile pour les arnaqueurs de piéger les gens peu méfiants. Les agences immobilières Certaines de ces agences, mandatées par les propriétaires, profitent de leur notoriété pour soutirer plus d’argents aux locataires. En effet, la pratique de surfacturation illégale est parfois constatée lors de la prise des lieux. Les frais de dossiers sont parfois exagérés au détriment du locataire sans que les propriétaires en bénéficient. Les listes sont à éviter Dans le monde de l’immobilier, la pratique de la liste est en vogue. Attention, la plupart sont des pièges. Le locataire achète la fameuse liste moyennant une somme assez conséquente. Quand il s’en sert pour appeler les contacts qui y sont mentionnés, surprise ! Certains propriétaires qui figurent dans la liste ne sont même pas au courant que leur appartement est à louer. La majorité du temps, les appartements qui s'y trouvent sont tous déjà loués, car la liste date. Les numéros surtaxés C’est un autre procédé pour plumer celui qui est à la recherche d’une location. Le site propose des appartements, des studios, ou encore publie des offres de collocation. La transaction doit se faire par leur intermédiaire. Le site propose donc un numéro surtaxé pour faire la liaison entre le locataire potentiel et les propriétaires. Après avoir gonflé la facture de téléphone, le locataire se voit éconduit par les propriétaires : soit l’appartement est déjà loué, soit le prix annoncé n’était pas le même. Le locataire est perdant dans les deux cas.

Quel budget prévoir pour une location à Paris ?

Vous venez d’arriver sur Paris et êtes à la recherche d’un bien à louer? Vous ne connaissez rien au monde de l’immobilier et surtout dans une grande ville ? Sachez que le prix de la location d’un appartement à Paris n’est pas donné à tout le monde. Les biens sont rares et les prix élevés même pour une petite surface. Vous devez prévoir au moins 1000 euros pour un 30 m² toute charge comprise. Toutefois, des solutions existent pour payer moins votre logement sur Paris. Un petit tour sur les loyers Le prix de la location d’appartement à Paris est différent selon les critères du bien. Entre la location de studio meublé ou les chambres en sous-location, votre budget peut entrer dans la moyenne. En effet, une chambre est moins chère à raison de 565 euros pour un 12 m². Un studio meublé se loue aux environs des 828 euros contre 980 euros pour un appartement vide. Au-dessus de 30 m², les appartements T2 se louent en moyenne à 32,20 euros le m². Il est à noter que le prix augmente quand la surface habitable est grande. C’est la particularité de la location dans les grandes villes. Il faut compter sur un budget au mètre carré et cela sera davantage plus cher dans les quartiers les plus prisés. Si vous voulez habiter seul, un budget autour de 1 000 euros est à prévoir.  Des alternatives moins chères Comme beaucoup de gens qui ont un petit budget, vous devez passer par la colocation ou sous-location à Paris. Oui, des solutions satisfaisantes vous sont offertes grâce à des sites de mise en relation comme bailti. Vous pouvez trouver facilement des candidats sérieux pour être vos futurs colocataires. Un tel site propose aux utilisateurs les profils de ceux qui recherchent une colocation à Paris. Ainsi, vous avez le choix d’opter pour une ou des personnes qui ont les mêmes affinités que vous. Plus, vous êtes nombreux à souscrire à une location, plus les charges sont légères. Toutefois, il faut respecter la taille et le type de l’appartement ou du studio en location. De plus, vous pouvez trouver directement des propriétaires sur le site. Vous pouvez alors postuler pour des offres intéressantes et effectuer la visite avec vos colocataires. Une occasion de se rencontrer et de se connaitre un petit peu. Pourquoi le prix du loyer flambe-t-il ? Outre l’importance de la demande par rapport à l’offre de la location sur Paris, il existe des paramètres qui font que le prix du loyer parisien ne cesse d’augmenter. Entre autres, la hausse des charges de copropriété est une raison d’une telle augmentation. Aussi, même s’il y a un encadrement officiel sur les loyers, la plupart des propriétaires ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. Nombreux sont les bailleurs qui louent leur bien pour pouvoir rembourser le crédit d’achat de ce dernier. Pour cela, ils font tout pour que le loyer soit de la même somme. Pour trouver un bien adapté à votre budget, il faut passer par des alternatives moins chères comme la colocation ou la sous-location. Cette dernière n’est pas forcement pratique si vous voulez habiter la ville pour une durée indéterminée.

Vous êtes étudiant ? Quelles sont les démarches administratives avant de louer ?

Être un étudiant dans une grande ville comme Paris est une aventure surtout si vous êtes un étranger. Il n’est pas facile de s’accommoder et de trouver en peu de temps une location appartement à Paris. De plus, entre les exigences du propriétaire, la caution à verser et le manque de budget, votre recherche s’avère être un marathon si vous n’avez pas les bonnes connaissances. Quelques informations utiles pour vous aider à faire le point. Un petit tour sur le contrat de bail Pour trouver rapidement un logement étudiant à Paris. Vous devez faire le tour des agences immobilières, des sites spécialisés ou encore d’activer vos réseaux sociaux. Sachez que les visites sont gratuites, faites-en le maximum pour avoir davantage de choix. En tant qu’étudiant, vous bénéficiez d’une aide au logement. Pour en bénéficier, vous devez avoir un contrat de bail signé par les deux parties. Vous devez avoir en votre possession, un exemplaire qui contient les obligations du bailleur envers vous. Pour la caution convenue, il faudrait un autre document dûment signé qui contient cette information. Sachez que si l’agence ou le propriétaire ne vous propose pas le contrat de bail pour un bien supérieur à 9 m². Vous devez laisser tomber, car il y a sûrement une arnaque derrière. Toutefois, pour un étudiant, il est rare d’avoir le budget requis pour louer seul un logement. Il est conseillé de se tourner vers les offres de colocation ou sous-location à Paris. Les locations adaptées pour un étudiant Pour un étudiant dans une ville comme Paris, il est recommandé d’utiliser les réseaux de colocations sur des sites comme bailti. Vous aurez le privilège de vous connecter avec d’autres étudiants qui recherchent aussi une location studio à Paris. Le site permet de créer votre propre réseau et de choisir vos colocataires par affinité. Vous avez aussi une réduction conséquente sur le loyer et la caution. En divisant les charges, vous êtes sûr de trouver un bien à votre goût et adapté à votre budget. De plus, vous avez aussi la possibilité de contacter directement les propriétaires sur le site. Avec un bail étudiant qui concerne une location studio meublée, vous ferez une épargne supplémentaire. C’est la meilleure alternative pour vous et vos autres amis étudiants. Un contrat de 9 mois qui vous permet de rentrer chez vos parents pour les vacances. Toutefois, vous pouvez aussi opter pour une sous-location à Paris. Les documents requis pour le contrat Avant votre première visite, vous devez réunir les pièces de votre dossier de location. Pour cela, il vous faudra vos pièces d’identité officielles, votre RIB, mais aussi celles de vos garants. Sachez qu’en tant qu’étudiant, vous n’avez pas besoin de présenter vos relevés de compte bancaire, votre dossier médical ou encore votre extrait de casier judiciaire. Une fois votre dossier en main, enchainez les visites de votre location appartement sur Paris. Effectuez-les avec vos futurs colocataires et décidez ensemble du logement qui vous convient le plus. N’attendez pas longtemps de signer le bail si vous avez un coup de cœur sur un bien. Dans une grande ville, les logements ne restent pas longtemps sur le marché.

Les avantages de la colocation meublée

La colocation meublée est intéressante pour des logements à Paris. Elle s’adapte à tous les colocataires qui séjournent pendant une courte durée dans une grande ville. De plus, la colocation meublée est protégée par la loi et dispose d’une forme de contrat simplifiée. Il s’agit du bail de mobilité, un contrat allant de 1 à 10 mois. Toutefois, c’est le bailleur qui a la main mise sur son bien meublé.   Une solution plus économique La colocation en soi est déjà une forme de location économique. Elle intéresse le plus souvent des étudiants, des stagiaires ou encore de nouveaux salariés. Avec les meubles déjà fournis par le propriétaire, les futurs locataires n’auront plus besoin d’investir dans le mobilier. Ils ont déjà à disposition dans leur appartement à Paris tous les nécessaires de la vie quotidienne. Pour protéger le bailleur, le bail mobilité est un contrat adapté à ce genre de location. Il ne sera pas renouvelable et les locataires devront signer un nouveau bail s’ils veulent encore rester.   La colocation : le partage des charges En choisissant la colocation à Paris, vous épargnez les charges et le loyer. Plus les colocataires sont nombreuses, plus les charges seront divisées et reviendront moins chères. Un grand avantage pour les petits budgets et qui permet aux étudiants d’économiser. Pour vos recherches de colocation à Paris, la visite d’un site spécialisé comme Bailti est recommandée. Il s’agit d’une plateforme où vous pourriez trouver et choisir vos futurs colocataires. De plus, de nombreux biens sont proposés par des propriétaires directs, location studio ou encore location appartement à Paris. Vous pouvez organiser des visites de groupe pour trouver une sous-location à Paris qui vous convient le mieux. L’occasion d’une première rencontre entre vous et vos colocataires.   Une location plus rentable pour le bailleur Le bailleur trouve aussi son compte dans une colocation meublée. Le loyer est plus intéressant par rapport à une location de bien vide. Il peut, en effet, en contractant une colocation meublée augmenter de 15 % la rentabilité locative. Les propriétaires gagnent davantage de garanties locatives et ils sont plus sereins pour leur logement à Paris. Ils peuvent opter pour un contrat unique ou plusieurs contrats pour ses locataires. Et si un ou plusieurs des colocataires souhaitaient partir, ils auraient juste besoin d’informer le bailleur. Avec ce genre de contrat, la relation entre propriétaire et locataires doit être au beau fixe. Il s’agit surtout d’accord à l’amiable, de clauses qui sont signées d’un commun accord. C’est pour cela que pour la plupart des biens mis en colocation, le bailleur habite dans la même propriété.   Une forme de location très tendance La colocation meublée séduit les jeunes étudiants qui recherchent un appartement à Paris. Ils sont dans la grande ville pendant une période bien définie de l’année. En optant pour la colocation, ils vont diminuer leur part de loyer, mais aussi économiser sur l’achat des meubles. Ils déposent juste leur bagage et ils peuvent être fonctionnels dans l’heure qui suive l’emménagement. De nombreux jeunes salariés sont aussi attirés par de telles locations. Ces derniers ne gagnent pas suffisamment d’argent pour vivre seuls et veulent surtout économiser pour acheter leur propre appartement.

Comment et où trouver un emploi dans l’immobilier ?

L’immobilier est un domaine qui recrute, puisqu’il est actuellement en plein essor. Mais il faut savoir que le secteur contient des branches différentes, à même de satisfaire divers profils de candidats : il y les métiers de la transaction immobilière, de la promotion immobilière et, enfin, de la gestion immobilière. On va vous expliquer, ici, comment faire pour trouver un boulot dans ces différentes familles de métier, notamment d’un point de vue des études, qui sont longues mais indispensables pour chacune de ces professions.   Les métiers de la transaction immobilière   Dans cette branche-ci, il y a trois fonctions qui dominent : le négociateur immobilier, l’agent immobilier et le notaire. Le négociateur immobilier cherche et trouve des biens à vendre, qui peuvent être des terrains, par exemple. Entre ensuite en scène l’agent immobilier, qui agira pour faire en sorte de vendre ces biens, et, en fin de parcours, le notaire, lui, va authentifier l’acte de vente du bien. Trois éléments d’une même chaîne. Mais ces trois éléments ne sont pas à un niveau équivalent : en effet, le négociateur peut être l’employé d’un agent immobilier. Il peut donc se faire embaucher par un agent, ou par une agence immobilière. L’agent immobilier, lui, doit posséder une carte professionnelle, qui se renouvelle tous les trois ans, et il doit également être recensé sur le registre du commerce. Les deux professions nécessitent, pour espérer une embauche, un bac +2. Enfin, il faut compter un bac +5 au CNEPN (Centre national  de l’enseignement professionnel notarial) pour les notaires. Dans tous les cas, vous pouvez également regarder les offres sur ce site.   A la loupe sur la promotion immobilière   Ici, un peu moins de branches diverses – deux au lieu de trois - mais pas moins de débouchés ni de possibilités de travail. Dans la gestion immobilière trône le promoteur immobilier. Son travail consiste à proposer des biens à vendre ou encore à organiser des appels d’offres pour des constructions. Proche des grandes entreprises du domaine, il doit être expert en finance et en immobilier, d’où le bac +5 qui est requis pour ce travail. L’aménageur lotisseur, lui, a besoin de faire des études d’une importance moindre : un bac +3, avec des connaissances étendues en économie et en juridique, est suffisant. Ce métier est à la base des lotissements qui émergent.   Quid de la gestion immobilière ?   Celui qui s’occupe spécifiquement de la gestion locative est l’administrateur des biens. De manière différente, mais complémentaire, le syndic de copropriété prend soin, lui, des finances, des parties communes et des équipements attenants d’un bien. Enfin, il manque à ce tableau le juriste, qui rédige les actes juridiques, et surveille les ventes et les acquisitions. Ce dernier, professionnel du droit, a besoin de plus de trois ans d’études dans le domaine.   Les qualités humaines du candidat idéal   Mais outre les études, qui lui ouvriront les portes d’un bon travail, que ce soit à son compte, ou plus certainement auprès d’une agence immobilière ou d’un agent unique, un bon candidat a besoin de qualités humaines spécifiques pour performer dans ces différents métiers, et espérer se faire engager. Dans ce domaine, le relationnel client est important, il y a donc besoin d’un certain sens du contact, d’être capable de négocier avec des tiers et de travailler en équipe. Vous devez également avoir le sens du dialogue, de la ténacité pour mener à bien tous vos dossiers, ainsi qu’un certain sens des responsabilités. Avec tout cela à l’esprit, vous nous semblez fin prêt pour accéder à des emplois dans le domaine de l’immobilier.

Comment réussir à vendre votre bien au meilleur prix ?

Comment réussir à vendre votre bien au meilleur prix ? Réussir à vendre son bien immobilier est un défi à ne surtout pas prendre à la légère car c’est une tâche loin d’être évidente. Plusieurs propriétaires sont par ailleurs confrontés à un délai de vente précis dans le cas où ils souhaitent racheter un autre bien en vue d’un déménagement. Toutefois, il est important de ne pas se presser pour être sûr de recevoir une offre au prix du marché. Il est en l’occurrence recommandé de s’y prendre bien à l’avance et de préparer la vente comme il se doit. Cet article vous livre toutes les informations importantes à retenir pour que la vente de votre bien soit à la hauteur de vos attentes.   Faites estimer votre bien par des experts La première étape d’une mise en vente consiste à évaluer votre bien. Pour ce faire, plusieurs prestataires proposent leurs services afin de vous donner une idée des prix qui se pratiquent sur le marché. En procédant ainsi, vous serez en mesure d’obtenir une fourchette quant à la valeur de votre bien. En revanche, il est fortement conseillé de demander plusieurs estimations afin de réaliser un comparatif et fiabiliser les résultats obtenus. Pour commencer, faites une estimation immobilière de votre maison ou appartement gratuitement ici. Par la suite, vous avez également la possibilité de vous adresser à un agent immobilier pour lui demander de se déplacer et faire une expertise sur votre bien. Au-delà de connaître la valeur de votre maison ou de votre appartement, demander une estimation vous permet de mesurer le professionnalisme des différents prestataires qui vous proposent leurs services. Une fois votre bien estimé, la prochaine étape consiste à fixer le prix auquel vous souhaitez l’afficher. A ce stade, il est conseillé de débuter avec le prix fort en se donnant une marge de négociation. Il est également primordial de préciser un prix planché au professionnel à qui vous souhaitez confier la vente de votre bien. Comment bien choisir son vendeur ? Agents immobiliers, notaires, portails de vente sur internet : voilà autant de prestataires que vous pouvez contacter pour mettre en vente votre bien. Certains parmi eux n’hésiteront pas non plus à vous solliciter pour vous convaincre de l’efficacité de leurs services. Pour bien choisir, privilégiez tout d’abord ceux qui ont estimé votre bien à un juste prix. Evitez ceux qui vous proposent des prix bradés uniquement pour être sûrs de vendre le plus rapidement possible. Il est également préférable de choisir un professionnel qui pratique des tarifs raisonnables. Une commission sur vente exorbitante vous contraindrait à afficher un prix au-dessus de celui du marché pour pouvoir toucher votre prix net vendeur. Certains prestataires proposent en l’occurrence un prix fixe pour l’ensemble de leurs services sans prendre un pourcentage sur le chiffre d’affaire réalisé au moment de la vente. Quant aux diagnostics à réaliser, les coûts qui s’y affèrent peuvent parfois être pris en charge par votre vendeur. Le cas échéant, n’oubliez pas de l’inclure dans votre budget pour ne pas vous induire en erreur.  

Quelle assurance choisir lorsque l'on est en colocation ?

La colocation à Paris est un excellent moyen pour se loger à moindres frais tout en se faisant de super amis. Toutefois, pour que tout se passe au mieux, il est préférable de s’accorder sur le choix de la meilleure assurance habitation en colocation.   Un contrat unique ou à chacun sa souscription ? La location appartement à Paris coûte souvent les yeux de la tête, aussi la solution qui s’impose est le plus souvent la colocation. Bon nombre d’étudiants et de jeunes actifs à travers le monde ont recours à cette solution aussi pratique que conviviale. Une fois que vous aurez trouvé le logement Paris ou autre grande ville qui vous correspond parfaitement, il va falloir que vous vous entendiez concernant une multitude d’aspects. Celle du choix de l’assurance habitation est l’un de ces aspects essentiels que vous devrez voir ensemble. Si vous souhaitez dénicher la meilleure des assurances habitation – c’est-à-dire celle qui vous protégera et vous offrira des garanties sans pour autant vous ruiner – vous devrez penser à vous poser les bonnes questions. La principale est notamment de savoir si vous souhaitez opter pour une souscription d’un contrat unique ou si vous préférez souscrire individuellement, chacun de son côté. En effet, dans le cas d’une colocation, plusieurs critères sont à prendre en compte avant de prendre une décision.   Dans le cas d’une assurance unique Une assurance habitation doit pouvoir assurer les colocataires contre les risques locatifs lors d’une location appartement Paris ou ailleurs. Cela concerne les éventuels dégâts des eaux, incendies et explosions. Cette assurance sera présentée chaque année au propriétaire. Dans le cas contraire, le bail sera rompu. Au moins un des colocataires devra être assuré contre de tels risques. Si vous ne signez qu’un bail global pour la location studio, vous pouvez parfaitement souscrire un contrat d’assurance habitation unique. Si vous êtes celui chargé d’assurer le logement, vous devrez transmettre l’identité de vos consignataires à la compagnie d’assurances. De cette manière, ils seront également couverts, mais cela vous coûtera moins cher à tous. Notez que les colocataires doivent régulièrement mettre leur assurance habitation à jour.   Et dans le cas d’une souscription individuelle Une autre option que vous avez est celle de la souscription individuelle. Dans ce cas-ci, chacun des colocataires peut souscrire sa propre assurance habitation. Cela arrive le plus souvent lorsqu’une personne estime que la valeur de ses biens immobiliers dans sa location studio Paris est particulièrement importante ou au contraire plus basse que celle des autres. Dans le premier cas, il voudra être indemnisé à la hauteur de ses pertes, si un sinistre devait se produire. Dans le second cas, il ne souhaiterait pas devoir payer pour les pertes des autres. Toutefois, si vous décidez de souscrire chacun une assurance habitation différente, vous devrez vous tourner vers le même assureur pour tous, afin que les éventuels dommages et sinistres ne vous causent pas de litige. Dans tous les cas, quelle que soit votre décision par rapport à votre sous-location Paris, il est important que vous signaliez tout type de changement au propriétaire ainsi qu’à la compagnie d’assurances.