Les 6 points à ne pas négliger pour réussir sa candidature pour l'appartement de ses rêves

Posté le: 12 May, 2019 04:34 PM

Les 6 points à ne pas négliger pour réussir sa candidature pour l'appartement de ses rêves

En matière de logement, chacun a sa préférence. Il est tout à fait normal de définir des critères lors de la recherche de logement. Alors, lorsque vous êtes face à un appartement qui répond à vos besoins, préparer la candidature est la meilleure chose à faire. Voici donc quelques pistes à explorer afin de réussir sa candidature pour une location appartement à Paris.

1.Faire bonne impression lors du premier contact

Lorsque vous êtes en face d'un appartement qui vous plaît, engagez la communication avec l’agent immobilier. Même si vous êtes pressé, notez bien les spécifications dans l’annonce. Prenez surtout compte du moyen de contact souhaité. Dans le cas où il serait spécifié de répondre par mail, le mieux serait de suivre cette recommandation. Mais si un numéro de téléphone est disponible, faites le premier pas pour entrer en contact et fixez une date de visite le plus tôt possible.

2.Préparer un dossier complet

Pour mettre toutes les chances de votre côté, il faut penser à remettre les documents nécessaires en toute conformité. Dans le meilleur des cas, il serait encore plus favorable de le donner lors de la visite du logement à Paris. Le mieux est de s’acquitter de ce premier point puisque la plupart des bailleurs prennent en compte l’ordre de la réception des dossiers. Alors, dès que vous prévoyez de louer un appartement, occupez-vous-en en premier lieu.

3.Utiliser un formulaire

Pour concrétiser la candidature pour une location studio Paris, le formulaire d’inscription figure à la tête de liste des dossiers. Il s’agit d’une paperasse que le bailleur de la sous-location Paris vous donne lors de la visite. Mais si aucun ne vous est fourni, vous pouvez vous inspirer des exemplaires en ligne. Prenez l’habitude de préparer quelques exemplaires en cas de rature. Ce détail est tout à fait important puisqu’il est normal de montrer une certaine considération, de peur de faire une mauvaise impression auprès des bailleurs et/ou des propriétaires.

4.Joindre un registre des poursuites

Ce point montre votre motivation d’acquérir l’appartement. Bien que vous ne soyez pas obligé de le faire figurer dans le dossier, c’est une bonne alternative montrant votre intégrité. Ne prenez pas comme facteur de blocage le fait que vous ayez été poursuivi. Le mieux, c’est de ne rien cacher, mais de bien en expliquer la cause. Cette démarche pourrait être un atout pour votre candidature et trouver facilement à Paris le logement de vos rêves.

5.Avoir de bonnes références

Afin d’établir la confiance entre les deux partis, les références tiennent une place importante. Il s’agit d’un témoignage de votre fiabilité en tant que locataire. Il serait parfait d’avoir une courte lettre venant de votre bailleur actuel. Pour une question de moralité, soyez toujours droit dans les actions notamment avec les personnes qui vous servent de références : il faut demander leurs consentements.

6.Faire une relance

Une fois que tous les dossiers ont été envoyés, faire une relance est nécessaire. Ceci afin de s’assurer de figurer parmi les candidats en lice pour louer un studio à Paris. Toutefois, le faire avec nuance le soir de la visite en envoyant un court message sur l’appartement est recommandé. C’est le moment de faire part des impressions sur l’appartement : qu’il répondait à vos attentes et que vous êtes impatient de recevoir une réponse positive. Dans ce cas, il faut rester joignable que ce soit via votre numéro de téléphone ou encore par mail.

Explorer plus

Focus sur le bail mobilité

Le bail mobilité est une révolution pour ceux qui recherchent un logement à Paris pour une courte durée. Il s’agit d’un bail de location facile à mettre en place et les biens proposés sont meublés. C’est une vraie aubaine pour les étudiants qui n’ont pas besoin d’un bail classique. De plus, sa durée ne dépasse pas les 10 mois. Le bail est non renouvelable. Quelques informations supplémentaires à ce sujet.   Que dit la loi ? Le bail mobilité s’adresse uniquement aux locataires qui remplissent certains critères. Il s’agit d’un locataire à la recherche d’appartements à Paris qui peut justifier une formation professionnelle, des études supérieures ou encore des stages. Le bailleur et le futur locataire se mettent d’accord sur le bail à contracter qui peut durer de 1 à 10 mois. Le bailleur a l’obligation de proposer un bien immobilier décent. Et l’habitation en question doit être meublée et fonctionnelle pour que le locataire puisse y vivre dès la signature du contrat. Le loyer est librement fixé par le propriétaire. Il serait, en effet, différent selon le quartier à l’instar d’une location à Paris.   La colocation est-elle possible ? En termes légaux, la sous-location et la colocation à Paris sont interdites pour un bail mobilité. Toutefois, la loi autorise le bailleur à le faire s’il est consentant. Après, le propriétaire et les futurs locataires s’entendent sur les clauses qui leur conviennent sur les biens en location studio, location appartement à Paris. La durée étant de 10 mois maximum et non renouvelable. Pour vos recherches de colocation à Paris, tictachouse est une plateforme de mise en relation incontournable. Il s’agit d’un site où ceux qui recherchent leurs futurs colocataires peuvent se choisir. Oui, vous avez le choix entre différents profils. Vous vivrez avec des personnes qui vous ressemblent. Trouver une sous-location à Paris devient ainsi accessible.   Le renouvellement du bail Il faut savoir que ceux qui veulent faire un contrat de bail mobilité que la durée convenue n’est pas renouvelable. Et pour rester encore dans un logement à Paris et meublé, il faut que les locataires signent un nouveau bail. Pendant toute la durée du bail, le bailleur n’a pas le droit de donner congé aux locataires. Ces derniers, par contre, peuvent annuler à tout moment le contrat en déposant un préavis d’un mois. Avant la fin du bail, le bailleur peut faire une révision des biens. Il s’agit de vérifier l’état des meubles ou encore l’état des lieux en général. L’accord de la continuité du bail de mobilité n’est pas faisable. Le bailleur va faire constituer de nouveaux dossiers aux mêmes locataires si ces derniers souhaitent encore rester. La durée sera toujours de 1 à 10 mois pour ce type de bail.   Les charges supplémentaires Étant étudiant ou en stage professionnel à la recherche d’un logement à Paris, vous avez sûrement un budget très serré. Outre la possibilité de payer la caution, il faut aussi penser à tous les frais qui s’ajoutent au loyer. La plupart des bailleurs en location d’appartements meublés optent pour le loyer avec toutes les charges comprises. Toutefois, d’autres clauses et accords peuvent être mis en annexe du contrat de bail. C’est pour cela qu’il est conseillé d’entretenir une bonne relation avec son futur propriétaire afin de faciliter toutes les démarches.

Les solutions déménagements à ne pas négliger

Vous avez trouvé une location appartement à Paris ou dans d’autres villes ? Vous souhaitez déménager et vivre dans un autre endroit ? Sachez qu’il existe plusieurs manières de déménager. Voici quelques exemples.   Déménager seul ou avec un professionnel ?   Déménager seul Ce type de déménagement est surtout destiné aux personnes possédant un petit budget. Toutefois, il reste complexe. Si vous envisagez de déménager seul, vous devrez faire face à de nombreuses contraintes : la distance, l’emballage d'une tonne d’objets, le transport, etc. Vous devez aussi vous occuper du démontage. Pour être le plus efficace possible, vous devez démonter les objets un par un. Commencez par les plus lourds, et mettez-les directement dans un carton. Ainsi, la salle ne sera pas encombrée. Protégez également vos matériels avec du papier bulle, des sangles ou des angles de protection, car certains objets fragiles peuvent s’abîmer en cours de route. Demandez enfin de l’aide à votre voisin ou vos proches. Il vaut mieux travailler ensemble que de travailler seul.   Déménager avec un professionnel Ce type de déménagement est le plus conseillé. En effet, les déménageurs sont des experts en la matière. De plus, ils disposent de tous les matériaux et compétences nécessaires pour le démontage des meubles. Ainsi, votre déménagement sera plus rapide et plus efficace.   La facilité est aussi un autre avantage procuré par celui-ci. Avec ce type de prestation, vous n’avez plus besoin de vous occuper du déménagement. Les professionnels s’occupent de tout : du démontage, de l’emballage, du transport… Ils peuvent même vous aider à aménager votre nouvel appartement ou logement. (montage des meubles, déballage, etc.)   Cependant, le déménagement avec un professionnel est assez onéreux. Mais compte tenu de la qualité de services et des prestations, il reste tout de même abordable.   Quel type de transport ?   Il existe plusieurs moyens de transporter vos meubles et objets de valeur.   Le transport sur route Si vous déménagez dans une autre région ou ville, le transport sur route reste le plus fiable. Ce type de transport est économique, assuré et plus ou moins rapide. En général, le déménagement sur route se fait par l’intermédiaire d’un véhicule (camions, etc.). Toutefois, il est aussi possible d’utiliser le ferry, surtout si votre nouvelle habitation est assez éloignée.   Le transport aérien Quant au transport aérien, il est surtout destiné au déménagement international. Contrairement au transport sur route, les objets autorisés dans les avions sont limités, que ce soit en nombre ou en qualité. De plus, les frais sont coûteux et plusieurs mesures de sécurité sont à respecter. Pour assurer un meilleur déménagement, il est préférable de faire appel à des professionnels.   Le transport par bateau Le transport par bateau est aussi un excellent moyen de déménager à l’étranger. En effet, il offre un plus grand volume. Vous pouvez ainsi transporter tous vos meubles et objets sans contrainte. De plus, son tarif est plus ou moins intéressant. Son seul inconvénient est la durée. Il faut attendre des mois avant que les marchandises arrivent à destination.

Colocation : Comment s'organise-t-on pour le partage des frais ?

Vous vivez en colocation à Paris ou dans une autre région de la France ? Vous souhaitez bien organiser la répartition des frais entre colocataires ? Voici quelques conseils pratiques qui peuvent vous aider.   Comment payer les loyers ?   Dans une colocation, la signature d’un bail avec le propriétaire est obligatoire. Celui-ci peut se faire, soit individuellement, soit de manière collective. Dans le premier cas, vous pouvez directement payer votre part du loyer auprès du propriétaire, après l’avoir fixé avec les autres occupants. Dans le second cas, vous avez deux options. Soit, vous payez votre part individuellement par chèque, par virement, ou par prélèvement automatique. Soit, vous optez pour le règlement collectif du loyer. Ce dernier est le plus favorable, tant pour le propriétaire que pour les colocataires. D’un côté, il facilite le contrôle par le propriétaire. D’un autre côté, il est très rapide et pratique.   Si vous choisissez le règlement collectif du loyer, trois modes de paiement sont mis à votre disposition : le roulement dans le paiement, le paiement par représentation ou le paiement par compte bancaire. Dans un paiement en roulement, chaque colocataire va payer la totalité du loyer, à tour de rôle. Quant au paiement par représentation, cela consiste à désigner un colocataire, représentant de tous les colocataires auprès du propriétaire. Autrement dit, il récupère toutes les quotes-parts de chaque occupant, et l’envoie auprès du propriétaire. Enfin, dans le dernier cas, les occupants vont créer un compte bancaire destiné pour la colocation. Chaque membre va verser sa part dans ce compte, puis le tout sera directement envoyé dans le compte du propriétaire.   Comment régler les autres frais ?   Le loyer n’est pas la seule charge à payer dans une colocation. Il y a aussi les charges locatives, les consommations courantes, les taxes d’habitation et l’assurance-habitation.   Les charges locatives   Les charges locatives sont des sommes payées au bailleur, en plus des loyers. Elles servent à rembourser les dépenses réglées par le bailleur, concernant le logement. En principe, les petites réparations doivent être effectuées par les colocataires. Les charges locatives sont donc l’équivalent de celles-ci. Pour le paiement, les colocataires peuvent choisir entre un régime classique des provisions pour charges ou un régime forfaitaire. Dans le premier cas, les charges locatives sont versées mensuellement, avec une régularisation annuelle. Dans le second cas, le montant sera fixé dans le bail, de manière proportionnée et raisonnable.   Les consommations courantes   Les consommations courantes comprennent l’électricité, l’internet, l’eau et le gaz. Dans le cas d’un bail individuel, ces dernières sont déjà incluses dans les charges locatives. Tandis que pour le bail collectif, la valeur est équivalente à la quote-part de chaque colocataire. Le paiement se fait de la même manière que les loyers : soit en roulement, soit par représentation, soit par compte bancaire.   Les taxes et assurance   Les taxes et assurance sont obligatoires pour tous les colocataires. Pour les taxes, les parts seront divisées par chaque occupant. Quant à l’assurance-habitation, le paiement dépend du type de bail.  

Que faire quand on n’a pas de garant ?

Que faire quand on n’a pas de garant ? Pouvoir louer un logement à Paris est parfois difficile surtout lorsqu’on n’a pas de garant. Toutefois, il existe des solutions permettant de le réaliser. Découvrez donc quelques idées pour une location d’appartement à Paris. Pourquoi a-t-on besoin d’un garant pour louer un appartement ou un studio ? Des critères sont requis pour une location appartement Paris tels que disposer d’un garant. Il est donc indispensable d’avoir un dossier bien complet et en règle pour ce faire. Un garant peut être une personne physique comme des membres de la famille ou encore des amis proches. Il peut également être moral, tel qu’un organisme ou une entreprise. Un garant est nécessaire pour assurer le paiement du loyer dans le cas où le locataire se trouverait dans une situation financière difficile. Le garant sera donc une assurance pour le propriétaire et signera un contrat de cautionnement. Les différentes possibilités de location d’un logement sans garant En ayant recours à certaines méthodes, il est donc possible d’effectuer une location appartement à Paris ou une location studio. La garantie Visale La garantie Visale est une caution accordée à des personnes ayant moins de 30 ans ou à des employés de plus de 30 ans qui n’ont de travail que depuis moins de six mois. Elle remplace la GRL ou Garantie des risques locatifs. Lorsqu’un locataire est en difficulté pour payer son loyer, Action Logement prend en charge le loyer durant les trois premières années inscrites dans le bail. La caution locative étudiante La caution locative étudiante est une garantie provenant de l’État. Il permet aux étudiants ne disposant pas de garant, de pouvoir louer un logement à Paris. Pour ce faire, l’étudiant devra payer une cotisation à hauteur de 1,5 % du montant du loyer. Dans le cas d’une défaillance, les personnes en charge de la garantie verseront le loyer et les charges au propriétaire. L’étudiant recevra ensuite un délai pour pouvoir rembourser les sommes qui lui ont été avancées. La caution bancaire La caution bancaire est l'une des solutions que peut avoir en recours un locataire en situation d’impayés. Toutefois, il existe des conditions requises, telles qu’une contrepartie et des frais. La caution peut être demandée à la banque, lorsque le propriétaire a plusieurs fois fait appel au locataire et usé de toutes les possibilités afin de recouvrer les créances. Ou bien, lors d’un premier impayé, le bailleur lance directement un appel à la banque. Dans les deux cas, la banque couvre 1 an de loyer. Toutefois, une durée sera définie au préalable. Une location appartement à Paris est donc possible pour celui qui n'a pas de garant s'il dispose d’une liquidité comme contrepartie ou si sa relation avec la banque est au beau fixe. Via le site tictachouse.fr Si vous souhaitez accéder à une location studio à Paris, tictachouse.fr vous permet de trouver des amis en commun avec le propriétaire. Il s'agit d'une méthode efficace qui permet à un ami en commun de vous aider à accéder facilement à une colocation à Paris. En effet, tictachouse.fr regroupe de nombreuses personnes à la recherche d’une colocation à Paris ou une location studio Paris. Vous pouvez également y trouver une sous-location à Paris si votre séjour est à durée définie.          

Colocation : formalités et impôts

Comme pour la location classique, la colocation est aussi soumise à plusieurs conditions. Mis à part les diverses démarches à accomplir par les colocataires, il faut également payer les impôts. De ce fait, quels sont les formalités et impôts nécessaires dans une colocation ?   Les différentes démarches administratives dans une colocation   De nombreuses formalités doivent être accomplies par les colocataires, vivant dans une communauté. On peut notamment citer : la constitution du dossier et la conclusion d’un bail locatif.   La constitution du dossier   Cette formalité est nécessaire, lors de la recherche d’une colocation. En effet, trouver une colocation à Paris ou dans d’autres régions de la France est une tâche difficile. En disposant d’un dossier complet et fiable, vous avez plus de chances. Le dossier doit notamment contenir votre identité (carte d’identité, passeport …), vos revenus (bulletins de paie, déclaration d’impôts sur le revenu …), votre relevé bancaire et votre ancienne adresse. Il est à noter que le bailleur ne peut pas vous exiger les formalités suivantes : un chèque de réservation, un dossier médical ou un extrait du casier judiciaire. Néanmoins, vous pouvez lui fournir ces derniers, pour plus de clarté sur votre identité.   La conclusion d’un bail locatif   Après avoir trouvé un appartement pour la colocation, il est désormais temps de conclure le bail avec le propriétaire. Pour cela, vous disposez de deux options : soit vous concluez individuellement le contrat, soit de manière collective. Dans un bail individuel, chaque colocataire va conclure un contrat de bail avec le bailleur. Il fixe ses propres modalités concernant le paiement de sa part et l’exploitation de sa chambre. Néanmoins, ces dernières ne doivent pas être contraires aux volontés des autres colocataires. Dans un bail collectif, il n’existe qu’un seul contrat avec le bailleur. Tous les colocataires vont alors fixer ensemble les conditions relatives à celui-ci. De plus, ils doivent signer ensemble le bail.   Contrairement au contrat de location classique, le bail dans une colocation doit mentionner les clauses de solidarité et le dépôt de garantie. Les clauses de solidarité supposent que chaque colocataire est responsable de la totalité des charges, ainsi que d'éventuelles dégradations. Quant au dépôt de garantie, il reste collectif et doit être payé par tous les occupants.   Les impôts à payer dans une colocation   En principe, 3 impôts sont obligatoires dans une colocation.    Premièrement, la taxe d’habitation est un impôt de logement, perçu par l’administration fiscale. Généralement, son montant est divisé équitablement entre colocataires. Ils vont ensuite désigner un représentant qui va verser l’intégralité de la taxe, auprès du service fiscal.   Deuxièmement, la redevance audiovisuelle est obligatoire lorsqu’il y a une ou plusieurs télévisions dans le logement. Son montant est fixe, peu importe le nombre de télévisions à l’intérieur de l’habitation.   Troisièmement, l’impôt sur le revenu est payé par le bailleur. Son montant varie en fonction de la valeur du loyer. Toutefois, cet impôt n’est pas imposable lorsqu’il partage le logement avec les autres colocataires, lorsque l’habitation est meublée ou lorsque le loyer est en dessous d’un seuil fixé par l’administration fiscale.

Comment gérer ses démarches administratives en colocation ?

Une colocation est la location d’un logement qui constitue la résidence principale de plusieurs colocataires. Cette colocation peut être gérée par un bail unique avec la signature de tous les locataires ou plusieurs contrats de location signés par un locataire (un contrat par locataire) et le propriétaire. Quelles démarches administratives impliquent la colocation et comment gérer les procédures à plusieurs ?   Comment gérer le compteur EDF et le changement de locataire ?   L’emménagement dans un nouveau logement inclus l’étape obligataire de la mise en service du compteur électrique et la souscription à un contrat d’électricité. Les démarches pour changer l’abonné d’un compteur EDF lors d’un changement de locataire restent inchangées même pour une colocation. Néanmoins, les colocataires doivent décider du locataire associé au compteur électrique (nominatif) et des solutions mises en oeuvre pour régler équitablement la facture d’électricité.   La résiliation Engie : l’ultime étape pour commencer sereinement une colocation   Vous souhaitez quitter votre appartement actuel pour emménager dans une colocation ? Il est nécessaire d’effectuer une demande de résiliation Engie avant de souscrire au contrat d’électricité dans le nouveau logement. Les étapes de la résiliation d’Engie sont simples : Contacter votre fournisseur Réaliser un dernier relevé de compteur Payer la dernière facture Si vous ne faîtes pas la résiliation de l’ancien contrat avant la souscription d’un autre contrat d’énergie, vous paierez deux contrats simultanément !   Quelles règles nécessaires doivent être adoptées pour une colocation ?   Un contrat de colocation n’est pas si différent d’un contrat de location “classique” pour un couple marié/pacsé. Néanmoins, chaque colocataire doit valider et signer le bail de location, s’il s'agit d’un bail unique. L’état des lieux d’entrée doit être réalisé avec tous les colocataires et le propriétaire. Le dépôt de garantie demandé par le propriétaire doit être géré par les locataires eux-mêmes (division équitable, etc.) L’exigence d’une caution (un tiers) par le propriétaire n’est pas excluable : une tiers personne peut s’engager pour un locataire et/ou plusieurs locataires pour protéger le propriétaire des éventuels impayés. Une clause de solidarité peut être insérée dans le contrat par le propriétaire et cela signifie que chaque colocataire (et son garant) s’engage à payer la part du loyer impayée par un autre colocataire (solidarité). Les charges locatives payées au propriétaire doivent être gérées par tous les colocataires : il est intéressant d’ouvrir un compte-joint pour les dépenses collectives comme le loyer, les charges et/ou les courses. L’assurance du logement est obligatoire : les locataires peuvent s’assurer collectivement (et partager les frais) ou individuellement. Néanmoins, tous les colocataires doivent être assurés. L’état des lieux de sortie est effectué au moment du départ de l’ensemble des colocataires ou au départ du dernier locataire. Le dépôt de garantie est rendu au dernier colocataire qui occupe le logement (locataire “au hasard” si tous les colocataires quittent le logement en même temps) et les locataires doivent se débrouiller entre eux pour restituer la part du dépôt de garantie. Un colocataire qui dépose son préavis avant les autres ne pourra pas exiger au propriétaire la restitution de sa part du dépôt de garantie.   Ces démarches concernent les colocations régies par un unique contrat de location qui inclut tous les locataires. Les conditions de location et les garanties varient si chaque locataire a souscrit à un bail de location individuelle. N’hésitez pas à vous renseigner sur les règles de la colocation avec un bail de location par locataire en cliquant ici. Désormais, vous êtes prêt(e) à débuter la grande aventure de la colocation et vous avez toutes les clefs pour aborder cette nouvelle étape avec sérénité.

Les avantages de la colocation meublée

La colocation meublée est intéressante pour des logements à Paris. Elle s’adapte à tous les colocataires qui séjournent pendant une courte durée dans une grande ville. De plus, la colocation meublée est protégée par la loi et dispose d’une forme de contrat simplifiée. Il s’agit du bail de mobilité, un contrat allant de 1 à 10 mois. Toutefois, c’est le bailleur qui a la main mise sur son bien meublé.   Une solution plus économique La colocation en soi est déjà une forme de location économique. Elle intéresse le plus souvent des étudiants, des stagiaires ou encore de nouveaux salariés. Avec les meubles déjà fournis par le propriétaire, les futurs locataires n’auront plus besoin d’investir dans le mobilier. Ils ont déjà à disposition dans leur appartement à Paris tous les nécessaires de la vie quotidienne. Pour protéger le bailleur, le bail mobilité est un contrat adapté à ce genre de location. Il ne sera pas renouvelable et les locataires devront signer un nouveau bail s’ils veulent encore rester.   La colocation : le partage des charges En choisissant la colocation à Paris, vous épargnez les charges et le loyer. Plus les colocataires sont nombreuses, plus les charges seront divisées et reviendront moins chères. Un grand avantage pour les petits budgets et qui permet aux étudiants d’économiser. Pour vos recherches de colocation à Paris, la visite d’un site spécialisé comme tictachouse est recommandée. Il s’agit d’une plateforme où vous pourriez trouver et choisir vos futurs colocataires. De plus, de nombreux biens sont proposés par des propriétaires directs, location studio ou encore location appartement à Paris. Vous pouvez organiser des visites de groupe pour trouver une sous-location à Paris qui vous convient le mieux. L’occasion d’une première rencontre entre vous et vos colocataires.   Une location plus rentable pour le bailleur Le bailleur trouve aussi son compte dans une colocation meublée. Le loyer est plus intéressant par rapport à une location de bien vide. Il peut, en effet, en contractant une colocation meublée augmenter de 15 % la rentabilité locative. Les propriétaires gagnent davantage de garanties locatives et ils sont plus sereins pour leur logement à Paris. Ils peuvent opter pour un contrat unique ou plusieurs contrats pour ses locataires. Et si un ou plusieurs des colocataires souhaitaient partir, ils auraient juste besoin d’informer le bailleur. Avec ce genre de contrat, la relation entre propriétaire et locataires doit être au beau fixe. Il s’agit surtout d’accord à l’amiable, de clauses qui sont signées d’un commun accord. C’est pour cela que pour la plupart des biens mis en colocation, le bailleur habite dans la même propriété.   Une forme de location très tendance La colocation meublée séduit les jeunes étudiants qui recherchent un appartement à Paris. Ils sont dans la grande ville pendant une période bien définie de l’année. En optant pour la colocation, ils vont diminuer leur part de loyer, mais aussi économiser sur l’achat des meubles. Ils déposent juste leur bagage et ils peuvent être fonctionnels dans l’heure qui suive l’emménagement. De nombreux jeunes salariés sont aussi attirés par de telles locations. Ces derniers ne gagnent pas suffisamment d’argent pour vivre seuls et veulent surtout économiser pour acheter leur propre appartement.

Aide au logement, comment en bénéficier lorsqu'on est en colocation ?

La colocation est de plus en plus prisée par les étudiants. En plus d’être économique, elle est aussi pratique. Toutefois, une question se pose : est-il possible d’obtenir une aide au logement lorsqu’on est en colocation à Paris ou dans d’autres régions ? Si oui, comment ?   Les aides au logement, attribuées à la colocation   Comme pour la location ordinaire, 3 types d’aides peuvent être alloués en matière de colocation : l’APL, l’ALS et la LOCA-PASS.   L’APL, appelée aussi Aide Personnalisée au Logement est un appui au logement, offert par la CAF. Elle consiste à la prise en charge partielle du loyer, dépendant des ressources de chaque colocataire. Elle est attribuée à toute personne, sans distinction d’âge. Pour en bénéficier, vous pouvez soit vous adresser auprès de la CAF la plus proche de chez vous, soit faire la demande sur leur site en ligne.   Quant à l’Aide de logement Social (ALS), elle est attribuée aux personnes qui ne bénéficient pas de l’APL. Elle possède les mêmes conditions que cette dernière, c’est-à-dire qu’elle permet de diminuer le montant du loyer. La valeur de ce rabais se calcule en fonction des revenus de chaque colocataire. Comme pour l’APL, elle est aussi délivrée par la CAF.   Enfin, la LOCA-PASS est une aide assurée par les Organismes d’Action Logement. Elle s’opère de deux manières, soit en garantie, soit en avance. Dans le premier cas, l’organisme va payer les loyers impayés, jusqu’à 9 mois. Néanmoins, ce loyer ne doit pas dépasser les 2000 euros. Dans le second cas, le bénéficiaire pourra obtenir une allocation de 500 euros, afin de couvrir les loyers et les diverses charges.   Les conditions d’attribution de l’aide au logement dans la colocation   L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions. En premier lieu, pour bénéficier de l’APL, le colocataire doit prouver l’existence d’un bail. Celui-ci peut être conclu individuellement ou de manière collective. De même, il doit mentionner l’état du logement ainsi que les identités de chaque colocataire. Ensuite, le logement à Paris ou dans d’autres régions, doit constituer la résidence principale du locataire. L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions. Enfin, il ne doit exister aucun lien entre le propriétaire du lieu et le bénéficiaire de l’aide au logement.   En second lieu, deux conditions sont nécessaires pour bénéficier d’une ALS. D’un côté, le logement doit être moins de 9 m2. Il doit posséder au moins un point d’eau. D’un autre côté, il doit être la résidence principale du colocataire.   En dernier lieu, la LOCA-PASS est attribuée aux salariés d’entreprises privées, aux jeunes étudiants moins de 30 ans, et qui justifient d’une convention de stage de moins de 3 mois.   Si vous réunissez tous ces critères, vous pouvez faire votre demande d’aide auprès de la CAF ou de l’Organisme d’Action Logement. Ces derniers vont alors examiner vos dossiers et vous demander de remplir plusieurs formalités. Dès que la demande est approuvée, une notification vous sera expédiée par courrier. En principe, l’octroi d’aide commence un mois après cette notification.

Quel budget prévoir pour une location à Paris ?

Vous venez d’arriver sur Paris et êtes à la recherche d’un bien à louer? Vous ne connaissez rien au monde de l’immobilier et surtout dans une grande ville ? Sachez que le prix de la location d’un appartement à Paris n’est pas donné à tout le monde. Les biens sont rares et les prix élevés même pour une petite surface. Vous devez prévoir au moins 1000 euros pour un 30 m² toute charge comprise. Toutefois, des solutions existent pour payer moins votre logement sur Paris. Un petit tour sur les loyers Le prix de la location d’appartement à Paris est différent selon les critères du bien. Entre la location de studio meublé ou les chambres en sous-location, votre budget peut entrer dans la moyenne. En effet, une chambre est moins chère à raison de 565 euros pour un 12 m². Un studio meublé se loue aux environs des 828 euros contre 980 euros pour un appartement vide. Au-dessus de 30 m², les appartements T2 se louent en moyenne à 32,20 euros le m². Il est à noter que le prix augmente quand la surface habitable est grande. C’est la particularité de la location dans les grandes villes. Il faut compter sur un budget au mètre carré et cela sera davantage plus cher dans les quartiers les plus prisés. Si vous voulez habiter seul, un budget autour de 1 000 euros est à prévoir.  Des alternatives moins chères Comme beaucoup de gens qui ont un petit budget, vous devez passer par la colocation ou sous-location à Paris. Oui, des solutions satisfaisantes vous sont offertes grâce à des sites de mise en relation comme tictachouse. Vous pouvez trouver facilement des candidats sérieux pour être vos futurs colocataires. Un tel site propose aux utilisateurs les profils de ceux qui recherchent une colocation à Paris. Ainsi, vous avez le choix d’opter pour une ou des personnes qui ont les mêmes affinités que vous. Plus, vous êtes nombreux à souscrire à une location, plus les charges sont légères. Toutefois, il faut respecter la taille et le type de l’appartement ou du studio en location. De plus, vous pouvez trouver directement des propriétaires sur le site. Vous pouvez alors postuler pour des offres intéressantes et effectuer la visite avec vos colocataires. Une occasion de se rencontrer et de se connaitre un petit peu. Pourquoi le prix du loyer flambe-t-il ? Outre l’importance de la demande par rapport à l’offre de la location sur Paris, il existe des paramètres qui font que le prix du loyer parisien ne cesse d’augmenter. Entre autres, la hausse des charges de copropriété est une raison d’une telle augmentation. Aussi, même s’il y a un encadrement officiel sur les loyers, la plupart des propriétaires ne pensent qu’à leurs intérêts personnels. Nombreux sont les bailleurs qui louent leur bien pour pouvoir rembourser le crédit d’achat de ce dernier. Pour cela, ils font tout pour que le loyer soit de la même somme. Pour trouver un bien adapté à votre budget, il faut passer par des alternatives moins chères comme la colocation ou la sous-location. Cette dernière n’est pas forcement pratique si vous voulez habiter la ville pour une durée indéterminée.

Trouver s son garde meuble dans toute la France est désormais facile

Trouver son garde meuble partout en France Un garde meuble, kesako ? Pour ceux qui ne le savent pas, ce n’est autre que l’endroit destiné à être utiliser pour stocker, garder les meubles ou les objets de manière provisoire. Communément appelé aussi « box de stockage » celui-ci est très pratique et également très demandé en France. La bonne nouvelle, c’est que trouver son garde meuble partout en France ne pose plus aucun problème. De nombreuses offres de location sont présentes sur les moteurs de recherche, ce qui facilitera sans aucun doute votre recherche en cas de besoin et où que vous soyez. Dans cet article, nous allons essayer de nous étendre au sujet de ce garde meuble. Pourquoi faire garder ses meubles ? Il y a multiples raisons qui poussent à avoir recours à un garde meuble. Souvent, des événements particuliers dans la vie nous pressent à chercher ses box de stockage comme le déménagement, les travaux dans son logement, la mutation, le besoin d'espace dans son habitation, et bien d’autres encore. Il a été observé que ce genre de location est une solution infaillible pour toutes personnes désirant faire garder ses biens.  Par ailleurs, pour ce qui est de choisir son garde-meuble, vous n'avez pas de soucis à se faire. Pourquoi ? En allant sur Internet, vous n'aurez aucun mal à trouver les annuaires de location de garde meuble, ou si non, vous pourrez aller visiter directement les sites impliqués.  Justement,  ces sites spécialisés peuvent vous donner les solutions attendues et qui répond à vos besoins. Pour le reste, il vous est conseillé de faire des recherches en fonction de votre ville, cela vous fera gagner du temps et vous permettra de faire quelques économies. Trouver la location adaptée à ses besoins Il est important de retenir ceci : à chaque besoin, son espace de stockage. Afin de ne pas s’éparpiller  dans votre quête, vous pouvez trouver des informations sur le site ouistock.fr. Cependant, il est aussi dans votre intérêt de bien préciser les caractéristiques que vous attendiez de votre garde-meuble. Vous l’aurez certainement compris que choisir son garde-meuble ne se fait pas par hasard et nécessite un tant soi peu d'organisation. Vous n'avez pas à vous inquiéter, vous aurez une multitude choix que ce soit pour les petits et gros budgets. Notez que pour chaque box proposé, vous aurez les informations qui y sont rattachés : la surface et la contenance de ces derniers, l'adresse ainsi que le contact des propriétaires. Les points à ne pas négliger avant de choisir son garde meuble Avant de valider le choix de votre garde meuble, quelques critères sont à prendre en considération afin de ne pas regretter sa décision. Premièrement, vous devrez vous  renseigner  à propos de la qualité de votre espace réservé. Ce serait dommage en effet si vous y laissez vos biens en parfait état et lors de la reprise, vous vous retrouvez avec des meubles défectueux. Quoi qu'il en soit, les loueurs font en sorte généralement que les conditions de stockage soient adéquates afin d'éviter toutes problématiques telles que les moisissures, les rongeurs et autres nuisibles. Par la suite, intéressez-vous à sa sécurité qui est très fondamental. Trouvez un emplacement à ses biens est une bonne chose, encore faudra t-il avoir la sûreté qu'il soit bien hors de portée des voleurs ou autre incident ravageur. N’oubliez pas pareillement de vérifier son accès, il vous facilitera la tâche lors des entreposages et la reprise des biens. Et à la fin, les divers services disponibles que propose l’enseigne sont à examiner.