Colocation : formalités et impôts

Posté le: 12 May, 2019 09:02 AM

Comme pour la location classique, la colocation est aussi soumise à plusieurs conditions. Mis à part les diverses démarches à accomplir par les colocataires, il faut également payer les impôts. De ce fait, quels sont les formalités et impôts nécessaires dans une colocation ?
 

Les différentes démarches administratives dans une colocation
 

De nombreuses formalités doivent être accomplies par les colocataires, vivant dans une communauté. On peut notamment citer : la constitution du dossier et la conclusion d’un bail locatif.
 

La constitution du dossier
 

Cette formalité est nécessaire, lors de la recherche d’une colocation. En effet, trouver une colocation à Paris ou dans d’autres régions de la France est une tâche difficile. En disposant d’un dossier complet et fiable, vous avez plus de chances. Le dossier doit notamment contenir votre identité (carte d’identité, passeport …), vos revenus (bulletins de paie, déclaration d’impôts sur le revenu …), votre relevé bancaire et votre ancienne adresse.
Il est à noter que le bailleur ne peut pas vous exiger les formalités suivantes : un chèque de réservation, un dossier médical ou un extrait du casier judiciaire. Néanmoins, vous pouvez lui fournir ces derniers, pour plus de clarté sur votre identité.
 

La conclusion d’un bail locatif
 

Après avoir trouvé un appartement pour la colocation, il est désormais temps de conclure le bail avec le propriétaire. Pour cela, vous disposez de deux options : soit vous concluez individuellement le contrat, soit de manière collective.
Dans un bail individuel, chaque colocataire va conclure un contrat de bail avec le bailleur. Il fixe ses propres modalités concernant le paiement de sa part et l’exploitation de sa chambre. Néanmoins, ces dernières ne doivent pas être contraires aux volontés des autres colocataires.
Dans un bail collectif, il n’existe qu’un seul contrat avec le bailleur. Tous les colocataires vont alors fixer ensemble les conditions relatives à celui-ci. De plus, ils doivent signer ensemble le bail.
 

Contrairement au contrat de location classique, le bail dans une colocation doit mentionner les clauses de solidarité et le dépôt de garantie. Les clauses de solidarité supposent que chaque colocataire est responsable de la totalité des charges, ainsi que d'éventuelles dégradations. Quant au dépôt de garantie, il reste collectif et doit être payé par tous les occupants.
 

Les impôts à payer dans une colocation
 

En principe, 3 impôts sont obligatoires dans une colocation.

 

 Premièrement, la taxe d’habitation est un impôt de logement, perçu par l’administration fiscale. Généralement, son montant est divisé équitablement entre colocataires. Ils vont ensuite désigner un représentant qui va verser l’intégralité de la taxe, auprès du service fiscal.
 

Deuxièmement, la redevance audiovisuelle est obligatoire lorsqu’il y a une ou plusieurs télévisions dans le logement. Son montant est fixe, peu importe le nombre de télévisions à l’intérieur de l’habitation.
 

Troisièmement, l’impôt sur le revenu est payé par le bailleur. Son montant varie en fonction de la valeur du loyer. Toutefois, cet impôt n’est pas imposable lorsqu’il partage le logement avec les autres colocataires, lorsque l’habitation est meublée ou lorsque le loyer est en dessous d’un seuil fixé par l’administration fiscale.

Explorer plus

Comment financer votre achat de logement neuf ?

Comment financer votre achat de logement neuf ? Devenir propriétaire reste le rêve et l’objectif de plusieurs Français, d’autant plus que l’immobilier demeure aujourd’hui une des rares valeurs pouvant être qualifiées de durable et sûre lorsqu’il s’agit d’investir. Bien que l’achat d’un bien immobilier soit synonyme de sécurité et de plus-value, il est néanmoins nécessaire de disposer du capital initial nécessaire pour en faire l’acquisition. Fort heureusement, plusieurs dispositifs ont été mis en place autant par l’Etat que par les établissements de crédit pour faciliter l’investissement des particuliers dans le secteur immobilier. Mise en place en 2014 pour soutenir un secteur en difficulté, la loi Pinel est en l’occurrence toujours en vigueur pour aider ceux qui souhaitent investir dans un bien immobilier neuf. La loi Pinel en bref Initialement, la loi Pinel constituait un dispositif dont la fin était prévue en 2017. Pourtant, l’Etat a finalement reconduit cette mise en place pour quatre ans supplémentaires. Le dispositif Pinel est une aide au financement pour les personnes qui souhaitent acquérir un logement neuf. Concrètement, cette loi permet de bénéficier d’une déduction fiscale pouvant atteindre jusqu’à 21% du prix du bien. Pour plus de renseignements à ce sujet vous pouvez voir les infos Pinel ici. Outre le fait d’inciter les Français à investir, la loi Pinel permet au gouvernement de favoriser la construction de biens immobiliers qui répondent aux normes écologiques en vigueur actuellement. Accessoirement, le dispositif Pinel contribue au renouvellement des infrastructures immobilières et aussi à la réduction de la pollution générée par la production d’énergie issue des biens immobiliers vétustes. Néanmoins, l’achat d’un logement neuf ne constitue pas une condition nécessaire et suffisante pour pouvoir bénéficier de la loi Pinel. L’Etat exige que le logement soit tout d’abord mis en location pendant 6, 9 ou 12 ans. Selon la durée de location à laquelle s’engage l’investisseur, il aura l’opportunité de bénéficier d’une déduction de 12%, 18% ou 21% sur ses impôts.   Loi Pinel : quels avantages pour les investisseurs ? Mise à part l’avantage fiscal et l’économie réalisée par les acheteurs, la loi Pinel dispose également de plusieurs atouts. Les membres de la famille du propriétaire peuvent notamment se constituer locataires pendant la période choisie par ce dernier en vue de bénéficier d’une réduction d’impôts. En d’autres termes, il est possible d’acheter un logement neuf afin qu’enfants ou petits enfants y emménagent. Afin que ce genre de cas soit pris en compte, il est toutefois nécessaire que les foyers fiscaux de l’investisseur et du locataire soient bien distincts. Le cas échéant, les avantages fiscaux ne pourraient être accordés. Bien que tous ces éléments soient non négligeables, le principal avantage reste tout de même la constitution d’un patrimoine immobilier qui correspond à la fois à une épargne mais également à un investissement. En effet, comme toute immobilisation, un bien produit de la plus-value une fois que son coût est amorti sur une période donnée. Quant à ce qui concerne l’épargne, l’achat d’un logement neuf constitue une bien meilleure option qu’un livret A surtout en vue de la préparation d’une retraite en toute sérénité.  

Colocation : quelles sont les règles pour les couples mariés et pacsés ?

Vivre ensemble est une étape importante dans la vie d’un couple. Ce sont généralement les prémices d’un mariage ou de la création d’une famille. Dans tous les cas, si vous comptez partager un logement Paris avec votre conjoint ou partenaire pacs, il y a quelques règles à suivre pour garantir la durabilité de votre relation amoureuse. Colocation en couple : à deux c’est mieux ! Pour minimiser les dépenses de votre location appartement à Paris, vous avez opté pour la colocation ? Grand bien vous fasse ! Mais attention, pour les couples, deux dans la colocation à Paris, c’est amplement suffisant. En effet, la présence d’un ami ou d’un autre colocataire dans l’appartement pourrait avoir des impacts sur votre relation amoureuse. Ce sera notamment le cas pour votre intimité. Si vous tentez tout de même une colocation avec une autre personne, voire plusieurs, optez pour des contrats de bail individuel. La relation de colocation et les charges seront ainsi plus faciles à gérer. En tant que détenteur d’un bail individuel, vous n’aurez pas à vous engager sur les impayés de votre colocataire. Chacun sur un pied d’égalité devant le bail Les règles diffèrent sur la détention du bail de location appartement Paris selon que vous êtes mariés ou pacsés. Dans le cadre d’un mariage civil, chaque conjoint sera automatiquement égal. Les mariés prétendent à une égalité des droits et obligations découlant du bail. Pour les couples pacsés, il faudra signer le bail à deux pour ce faire. Le cas échéant, seul le conjoint qui a signé le contrat de location en sera le propriétaire légitime. Une situation qui peut créer un malaise dans le couple et une insécurité pour l’autre. Pour pallier cette situation, demander un nouveau bail n’est pas la seule solution. La loi Alur vous propose une alternative beaucoup plus simple. Il suffit de demander à être cotitulaire du bail auprès des propriétaires. Qui dit égalité devant le bail entend responsabilité solidaire devant les charges et les cautions. Dans une relation amoureuse, il n’y a plus de compte personnel. Chaque conjoint participera au paiement du loyer et des frais d’entretien de la maison. Les conjoints étant chacun preneurs dans le contrat de bail, ils ont le pouvoir de résilier le contrat. Il faudra l’aval de l’autre conjoint pour ce faire toutefois. Question de respect oblige. Rupture et séparation : que devient le bail ? Aussi bien pour les couples mariés que ceux en colocation, en cas de rupture, chacun peut prétendre au logement. Mais il faudra le consentement de l’autre partie pour ce faire. Si la distribution des biens s’avère compliquée, le juge pourra intervenir. Ce dernier décidera qui aura le droit de détenir le bail et qui devra quitter le logement familial. La question ne se pose pas dans le cadre d’une sous-location Paris. Si celui qui a signé le contrat de location studio résilie le bail, l’autre ne pourra prétendre à la garde de l’appartement. Il faudra faire une nouvelle demande de location studio Paris en suivant les démarches classiques.

Bail étudiant, qu'en est-il du contrat ?

En tant que propriétaire d’un logement Paris, il n’est pas toujours aisé de déterminer quel type de contrat proposer à un étudiant. Le statut d’étudiant permet d’obtenir un bail plus adapté au mode de vie et à la situation financière du locataire, que la location classique   Des solutions de logement adaptées aux étudiants Pour un étudiant à la recherche d’une location appartement à Paris, il existe bien évidemment le bail classique, en location meublée. Toutefois, il est important que – tout en trouvant une solution parfaitement adaptée à l’étudiant – le propriétaire sécurise son investissement. En effet, les revenus étudiants assez modestes ainsi que leur mobilité peut être un important facteur de risque, voire un obstacle à la location studio. Pour ce faire, il est conseillé d’opter pour l’un des deux types de contrats suivants : le bail mobilité ou le contrat étudiant. Ces deux derniers sont davantage adaptés aux moyens financiers et au mode de vie des étudiants souhaitant contracter une colocation à Paris. Dans ces deux cas de sous-location à Paris, un nouveau bail sera signé lorsque l’étudiant reprendra son logement, car la reconduction tacite n’est pas intégrée.   Le bail étudiant Le bail étudiant est un contrat de location studio meublé pour une durée déterminée de 9 mois. Ce type de location est assez proche de la location meublée classique. Il a été mis en place pour correspondre à la temporalité des étudiants, correspondant en général à une année universitaire ou à une année scolaire. De ce fait, le propriétaire et l’étudiant sont tous deux gagnants : L’étudiant bénéficie d’un contrat qui s’adapte au rythme de ses études sans avoir à régler les mois d’été. Le propriétaire quant à lui pourra effectuer une location saisonnière de vacances, s’avérant très lucrative pour lui.   Le bail mobilité Il s’agit d’un contrat de location adapté aux courtes durées. La location studio Paris est meublée et à durée limitée. Ce contrat, pouvant s’étendre de 6 à 10 mois, présente plus de flexibilité. Hormis les étudiants, le bail mobilité convient parfaitement aux travailleurs mobiles, aux stagiaires, aux intérimaires et même aux intermittents de spectacle. Grâce à ce type de contrat location appartement à Paris, le locataire a la possibilité de choisir la durée de son contrat, sans devoir régler de caution. A ce moment-là, le dispositif VISALE servira de garantie au propriétaire dans un cas de dégradation ou de loyers impayés.   Les avantages de ces types de bails Il faut savoir que ces deux types de bail présentent des avantages et des inconvénients. Le choix dépendra donc de la situation. Par exemple, des étudiants souhaitant passer toute une année scolaire ou plus dans une même ville seront plus intéressés par le bail étudiant. En revanche, une location studio Paris en bail mobilité sera plus adaptée aux jeunes qui n’effectuent qu’un stage de 3 à 6 mois, ou qui changent régulièrement de ville. A noter que le bail mobilité permet au propriétaire de jouir d’un encadrement légal qui sera plus adapté, en comparaison à la location saisonnière de 90 jours. Notons que – dans ces deux types de bail location appartement Paris – le locataire est autorisé à rompre son contrat lorsqu’il le souhaite, en respectant le délai de préavis d’un mois.

Comment et où trouver un emploi dans l’immobilier ?

L’immobilier est un domaine qui recrute, puisqu’il est actuellement en plein essor. Mais il faut savoir que le secteur contient des branches différentes, à même de satisfaire divers profils de candidats : il y les métiers de la transaction immobilière, de la promotion immobilière et, enfin, de la gestion immobilière. On va vous expliquer, ici, comment faire pour trouver un boulot dans ces différentes familles de métier, notamment d’un point de vue des études, qui sont longues mais indispensables pour chacune de ces professions.   Les métiers de la transaction immobilière   Dans cette branche-ci, il y a trois fonctions qui dominent : le négociateur immobilier, l’agent immobilier et le notaire. Le négociateur immobilier cherche et trouve des biens à vendre, qui peuvent être des terrains, par exemple. Entre ensuite en scène l’agent immobilier, qui agira pour faire en sorte de vendre ces biens, et, en fin de parcours, le notaire, lui, va authentifier l’acte de vente du bien. Trois éléments d’une même chaîne. Mais ces trois éléments ne sont pas à un niveau équivalent : en effet, le négociateur peut être l’employé d’un agent immobilier. Il peut donc se faire embaucher par un agent, ou par une agence immobilière. L’agent immobilier, lui, doit posséder une carte professionnelle, qui se renouvelle tous les trois ans, et il doit également être recensé sur le registre du commerce. Les deux professions nécessitent, pour espérer une embauche, un bac +2. Enfin, il faut compter un bac +5 au CNEPN (Centre national  de l’enseignement professionnel notarial) pour les notaires. Dans tous les cas, vous pouvez également regarder les offres sur ce site.   A la loupe sur la promotion immobilière   Ici, un peu moins de branches diverses – deux au lieu de trois - mais pas moins de débouchés ni de possibilités de travail. Dans la gestion immobilière trône le promoteur immobilier. Son travail consiste à proposer des biens à vendre ou encore à organiser des appels d’offres pour des constructions. Proche des grandes entreprises du domaine, il doit être expert en finance et en immobilier, d’où le bac +5 qui est requis pour ce travail. L’aménageur lotisseur, lui, a besoin de faire des études d’une importance moindre : un bac +3, avec des connaissances étendues en économie et en juridique, est suffisant. Ce métier est à la base des lotissements qui émergent.   Quid de la gestion immobilière ?   Celui qui s’occupe spécifiquement de la gestion locative est l’administrateur des biens. De manière différente, mais complémentaire, le syndic de copropriété prend soin, lui, des finances, des parties communes et des équipements attenants d’un bien. Enfin, il manque à ce tableau le juriste, qui rédige les actes juridiques, et surveille les ventes et les acquisitions. Ce dernier, professionnel du droit, a besoin de plus de trois ans d’études dans le domaine.   Les qualités humaines du candidat idéal   Mais outre les études, qui lui ouvriront les portes d’un bon travail, que ce soit à son compte, ou plus certainement auprès d’une agence immobilière ou d’un agent unique, un bon candidat a besoin de qualités humaines spécifiques pour performer dans ces différents métiers, et espérer se faire engager. Dans ce domaine, le relationnel client est important, il y a donc besoin d’un certain sens du contact, d’être capable de négocier avec des tiers et de travailler en équipe. Vous devez également avoir le sens du dialogue, de la ténacité pour mener à bien tous vos dossiers, ainsi qu’un certain sens des responsabilités. Avec tout cela à l’esprit, vous nous semblez fin prêt pour accéder à des emplois dans le domaine de l’immobilier.

Les solutions déménagements à ne pas négliger

Vous avez trouvé une location appartement à Paris ou dans d’autres villes ? Vous souhaitez déménager et vivre dans un autre endroit ? Sachez qu’il existe plusieurs manières de déménager. Voici quelques exemples.   Déménager seul ou avec un professionnel ?   Déménager seul Ce type de déménagement est surtout destiné aux personnes possédant un petit budget. Toutefois, il reste complexe. Si vous envisagez de déménager seul, vous devrez faire face à de nombreuses contraintes : la distance, l’emballage d'une tonne d’objets, le transport, etc. Vous devez aussi vous occuper du démontage. Pour être le plus efficace possible, vous devez démonter les objets un par un. Commencez par les plus lourds, et mettez-les directement dans un carton. Ainsi, la salle ne sera pas encombrée. Protégez également vos matériels avec du papier bulle, des sangles ou des angles de protection, car certains objets fragiles peuvent s’abîmer en cours de route. Demandez enfin de l’aide à votre voisin ou vos proches. Il vaut mieux travailler ensemble que de travailler seul.   Déménager avec un professionnel Ce type de déménagement est le plus conseillé. En effet, les déménageurs sont des experts en la matière. De plus, ils disposent de tous les matériaux et compétences nécessaires pour le démontage des meubles. Ainsi, votre déménagement sera plus rapide et plus efficace.   La facilité est aussi un autre avantage procuré par celui-ci. Avec ce type de prestation, vous n’avez plus besoin de vous occuper du déménagement. Les professionnels s’occupent de tout : du démontage, de l’emballage, du transport… Ils peuvent même vous aider à aménager votre nouvel appartement ou logement. (montage des meubles, déballage, etc.)   Cependant, le déménagement avec un professionnel est assez onéreux. Mais compte tenu de la qualité de services et des prestations, il reste tout de même abordable.   Quel type de transport ?   Il existe plusieurs moyens de transporter vos meubles et objets de valeur.   Le transport sur route Si vous déménagez dans une autre région ou ville, le transport sur route reste le plus fiable. Ce type de transport est économique, assuré et plus ou moins rapide. En général, le déménagement sur route se fait par l’intermédiaire d’un véhicule (camions, etc.). Toutefois, il est aussi possible d’utiliser le ferry, surtout si votre nouvelle habitation est assez éloignée.   Le transport aérien Quant au transport aérien, il est surtout destiné au déménagement international. Contrairement au transport sur route, les objets autorisés dans les avions sont limités, que ce soit en nombre ou en qualité. De plus, les frais sont coûteux et plusieurs mesures de sécurité sont à respecter. Pour assurer un meilleur déménagement, il est préférable de faire appel à des professionnels.   Le transport par bateau Le transport par bateau est aussi un excellent moyen de déménager à l’étranger. En effet, il offre un plus grand volume. Vous pouvez ainsi transporter tous vos meubles et objets sans contrainte. De plus, son tarif est plus ou moins intéressant. Son seul inconvénient est la durée. Il faut attendre des mois avant que les marchandises arrivent à destination.

Colocation : Comment s'organise-t-on pour le partage des frais ?

Vous vivez en colocation à Paris ou dans une autre région de la France ? Vous souhaitez bien organiser la répartition des frais entre colocataires ? Voici quelques conseils pratiques qui peuvent vous aider.   Comment payer les loyers ?   Dans une colocation, la signature d’un bail avec le propriétaire est obligatoire. Celui-ci peut se faire, soit individuellement, soit de manière collective. Dans le premier cas, vous pouvez directement payer votre part du loyer auprès du propriétaire, après l’avoir fixé avec les autres occupants. Dans le second cas, vous avez deux options. Soit, vous payez votre part individuellement par chèque, par virement, ou par prélèvement automatique. Soit, vous optez pour le règlement collectif du loyer. Ce dernier est le plus favorable, tant pour le propriétaire que pour les colocataires. D’un côté, il facilite le contrôle par le propriétaire. D’un autre côté, il est très rapide et pratique.   Si vous choisissez le règlement collectif du loyer, trois modes de paiement sont mis à votre disposition : le roulement dans le paiement, le paiement par représentation ou le paiement par compte bancaire. Dans un paiement en roulement, chaque colocataire va payer la totalité du loyer, à tour de rôle. Quant au paiement par représentation, cela consiste à désigner un colocataire, représentant de tous les colocataires auprès du propriétaire. Autrement dit, il récupère toutes les quotes-parts de chaque occupant, et l’envoie auprès du propriétaire. Enfin, dans le dernier cas, les occupants vont créer un compte bancaire destiné pour la colocation. Chaque membre va verser sa part dans ce compte, puis le tout sera directement envoyé dans le compte du propriétaire.   Comment régler les autres frais ?   Le loyer n’est pas la seule charge à payer dans une colocation. Il y a aussi les charges locatives, les consommations courantes, les taxes d’habitation et l’assurance-habitation.   Les charges locatives   Les charges locatives sont des sommes payées au bailleur, en plus des loyers. Elles servent à rembourser les dépenses réglées par le bailleur, concernant le logement. En principe, les petites réparations doivent être effectuées par les colocataires. Les charges locatives sont donc l’équivalent de celles-ci. Pour le paiement, les colocataires peuvent choisir entre un régime classique des provisions pour charges ou un régime forfaitaire. Dans le premier cas, les charges locatives sont versées mensuellement, avec une régularisation annuelle. Dans le second cas, le montant sera fixé dans le bail, de manière proportionnée et raisonnable.   Les consommations courantes   Les consommations courantes comprennent l’électricité, l’internet, l’eau et le gaz. Dans le cas d’un bail individuel, ces dernières sont déjà incluses dans les charges locatives. Tandis que pour le bail collectif, la valeur est équivalente à la quote-part de chaque colocataire. Le paiement se fait de la même manière que les loyers : soit en roulement, soit par représentation, soit par compte bancaire.   Les taxes et assurance   Les taxes et assurance sont obligatoires pour tous les colocataires. Pour les taxes, les parts seront divisées par chaque occupant. Quant à l’assurance-habitation, le paiement dépend du type de bail.  

Les 7 règles pour trouver le colocataire idéal

Les 7 règles pour trouver le colocataire idéal Trouver un logement dans une ville comme Paris n’est pas chose aisée. Non seulement l’offre est bien en dessous de la demande, mais les loyers ne sont pas donnés dans cette partie du globe. La colocation est la seule solution envisageable pour les étudiants qui habitent Paris. En effet, occuper seul un appartement est trop coûteux, surtout pour des personnes encore à la recherche de travail. Partager un appartement ou un studio avec deux ou trois autres personnes réduit considérablement les charges à supporter. Néanmoins, des altercations peuvent survenir à la suite de cette cohabitation. Si trouver un logement se révèle difficile, trouver le colocataire idéal l’est encore plus. Voici donc les 7 règles pour trouver le colocataire idéal. 1.Petites annonces ou bouche-à-oreille Les petites annonces pour faire une offre de colocation est le moyen le plus rapide de trouver un colocataire. Lors de son établissement, n’hésitez pas à fournir le plus de précisions possible sur les conditions de cohabitation. Ce qui vous permettra à ce premier stade de faire le tri des candidats. Trouver des colocataires par le biais de connaissance se révèle être aussi un bon choix. L’ami d’un ami vaut largement mieux qu’un parfait inconnu. 2.Établissez le profil du coloc idéal pour vous En établissant ce profil, vous pouvez d’ores et déjà savoir sur quel critère vous allez devoir faire des concessions et sur quel autre rester exigeant. Vous recherchez par exemple un non-fumeur, mais vous pourrez facilement accepter un fumeur si ce dernier consent à ne pas fumer dans les espaces communs. Ou pourquoi ne pas accepter une personne avec un chat si elle accepte de la garder dans sa chambre ? 3.Tissez un lien avant l’accord final Prenez le temps de connaître votre prochain colocataire avant de conclure la colocation. C’est une occasion de cerner sa personnalité et de connaître certains aspects de votre cohabitation. Passer une soirée ou une petite sortie ensemble peut faire l’affaire. 4.Faites-lui savoir les règles Ne confiez rien au hasard, il faut lui faire part des responsabilités qu’il aura à sa charge, comme les tâches ménagères, les différentes charges inhérentes aux dépenses : l'eau, l’électricité, le gaz, etc. Les soirées arrosées sont-elles permises ? À quelle fréquence ? Anticipez les problèmes pour mieux vous prémunir. 5.L’âge est très important Pour que deux personnes puissent s’entendre, il faudrait qu’elles soient sur la même longueur d’onde. C’est pourquoi la tranche d’âge est importante. Deux étudiants dans la vingtaine auront plus d’intérêts en communs et pourront se soutenir mutuellement en cas de problème, sans qu’il y ait choc de générations. 6.Votre colocataire est-il solvable ? C’est un point essentiel pour pouvoir vivre sa colocation en toute sérénité. Vous n’avez pas à connaître l’état financier de votre colocataire, mais vous êtes en devoir de savoir que ce dernier a les moyens de s’acquitter de ses charges. 7.Une connaissance ou un membre de la famille Même si la personne possède tous les critères que vous exigez, n’oubliez pas de lui demander de vous fournir le contact d’une connaissance en commun ou d’un membre de sa famille que vous pourrez contacter en cas de besoin.

Les avantages de la colocation meublée

La colocation meublée est intéressante pour des logements à Paris. Elle s’adapte à tous les colocataires qui séjournent pendant une courte durée dans une grande ville. De plus, la colocation meublée est protégée par la loi et dispose d’une forme de contrat simplifiée. Il s’agit du bail de mobilité, un contrat allant de 1 à 10 mois. Toutefois, c’est le bailleur qui a la main mise sur son bien meublé.   Une solution plus économique La colocation en soi est déjà une forme de location économique. Elle intéresse le plus souvent des étudiants, des stagiaires ou encore de nouveaux salariés. Avec les meubles déjà fournis par le propriétaire, les futurs locataires n’auront plus besoin d’investir dans le mobilier. Ils ont déjà à disposition dans leur appartement à Paris tous les nécessaires de la vie quotidienne. Pour protéger le bailleur, le bail mobilité est un contrat adapté à ce genre de location. Il ne sera pas renouvelable et les locataires devront signer un nouveau bail s’ils veulent encore rester.   La colocation : le partage des charges En choisissant la colocation à Paris, vous épargnez les charges et le loyer. Plus les colocataires sont nombreuses, plus les charges seront divisées et reviendront moins chères. Un grand avantage pour les petits budgets et qui permet aux étudiants d’économiser. Pour vos recherches de colocation à Paris, la visite d’un site spécialisé comme Bailti est recommandée. Il s’agit d’une plateforme où vous pourriez trouver et choisir vos futurs colocataires. De plus, de nombreux biens sont proposés par des propriétaires directs, location studio ou encore location appartement à Paris. Vous pouvez organiser des visites de groupe pour trouver une sous-location à Paris qui vous convient le mieux. L’occasion d’une première rencontre entre vous et vos colocataires.   Une location plus rentable pour le bailleur Le bailleur trouve aussi son compte dans une colocation meublée. Le loyer est plus intéressant par rapport à une location de bien vide. Il peut, en effet, en contractant une colocation meublée augmenter de 15 % la rentabilité locative. Les propriétaires gagnent davantage de garanties locatives et ils sont plus sereins pour leur logement à Paris. Ils peuvent opter pour un contrat unique ou plusieurs contrats pour ses locataires. Et si un ou plusieurs des colocataires souhaitaient partir, ils auraient juste besoin d’informer le bailleur. Avec ce genre de contrat, la relation entre propriétaire et locataires doit être au beau fixe. Il s’agit surtout d’accord à l’amiable, de clauses qui sont signées d’un commun accord. C’est pour cela que pour la plupart des biens mis en colocation, le bailleur habite dans la même propriété.   Une forme de location très tendance La colocation meublée séduit les jeunes étudiants qui recherchent un appartement à Paris. Ils sont dans la grande ville pendant une période bien définie de l’année. En optant pour la colocation, ils vont diminuer leur part de loyer, mais aussi économiser sur l’achat des meubles. Ils déposent juste leur bagage et ils peuvent être fonctionnels dans l’heure qui suive l’emménagement. De nombreux jeunes salariés sont aussi attirés par de telles locations. Ces derniers ne gagnent pas suffisamment d’argent pour vivre seuls et veulent surtout économiser pour acheter leur propre appartement.

Que faire quand on n’a pas de garant ?

Que faire quand on n’a pas de garant ? Pouvoir louer un logement à Paris est parfois difficile surtout lorsqu’on n’a pas de garant. Toutefois, il existe des solutions permettant de le réaliser. Découvrez donc quelques idées pour une location d’appartement à Paris. Pourquoi a-t-on besoin d’un garant pour louer un appartement ou un studio ? Des critères sont requis pour une location appartement Paris tels que disposer d’un garant. Il est donc indispensable d’avoir un dossier bien complet et en règle pour ce faire. Un garant peut être une personne physique comme des membres de la famille ou encore des amis proches. Il peut également être moral, tel qu’un organisme ou une entreprise. Un garant est nécessaire pour assurer le paiement du loyer dans le cas où le locataire se trouverait dans une situation financière difficile. Le garant sera donc une assurance pour le propriétaire et signera un contrat de cautionnement. Les différentes possibilités de location d’un logement sans garant En ayant recours à certaines méthodes, il est donc possible d’effectuer une location appartement à Paris ou une location studio. La garantie Visale La garantie Visale est une caution accordée à des personnes ayant moins de 30 ans ou à des employés de plus de 30 ans qui n’ont de travail que depuis moins de six mois. Elle remplace la GRL ou Garantie des risques locatifs. Lorsqu’un locataire est en difficulté pour payer son loyer, Action Logement prend en charge le loyer durant les trois premières années inscrites dans le bail. La caution locative étudiante La caution locative étudiante est une garantie provenant de l’État. Il permet aux étudiants ne disposant pas de garant, de pouvoir louer un logement à Paris. Pour ce faire, l’étudiant devra payer une cotisation à hauteur de 1,5 % du montant du loyer. Dans le cas d’une défaillance, les personnes en charge de la garantie verseront le loyer et les charges au propriétaire. L’étudiant recevra ensuite un délai pour pouvoir rembourser les sommes qui lui ont été avancées. La caution bancaire La caution bancaire est l'une des solutions que peut avoir en recours un locataire en situation d’impayés. Toutefois, il existe des conditions requises, telles qu’une contrepartie et des frais. La caution peut être demandée à la banque, lorsque le propriétaire a plusieurs fois fait appel au locataire et usé de toutes les possibilités afin de recouvrer les créances. Ou bien, lors d’un premier impayé, le bailleur lance directement un appel à la banque. Dans les deux cas, la banque couvre 1 an de loyer. Toutefois, une durée sera définie au préalable. Une location appartement à Paris est donc possible pour celui qui n'a pas de garant s'il dispose d’une liquidité comme contrepartie ou si sa relation avec la banque est au beau fixe. Via le site bailti.fr Si vous souhaitez accéder à une location studio à Paris, bailti.fr vous permet de trouver des amis en commun avec le propriétaire. Il s'agit d'une méthode efficace qui permet à un ami en commun de vous aider à accéder facilement à une colocation à Paris. En effet, bailti.fr regroupe de nombreuses personnes à la recherche d’une colocation à Paris ou une location studio Paris. Vous pouvez également y trouver une sous-location à Paris si votre séjour est à durée définie.          

Aide au logement, comment en bénéficier lorsqu'on est en colocation ?

La colocation est de plus en plus prisée par les étudiants. En plus d’être économique, elle est aussi pratique. Toutefois, une question se pose : est-il possible d’obtenir une aide au logement lorsqu’on est en colocation à Paris ou dans d’autres régions ? Si oui, comment ?   Les aides au logement, attribuées à la colocation   Comme pour la location ordinaire, 3 types d’aides peuvent être alloués en matière de colocation : l’APL, l’ALS et la LOCA-PASS.   L’APL, appelée aussi Aide Personnalisée au Logement est un appui au logement, offert par la CAF. Elle consiste à la prise en charge partielle du loyer, dépendant des ressources de chaque colocataire. Elle est attribuée à toute personne, sans distinction d’âge. Pour en bénéficier, vous pouvez soit vous adresser auprès de la CAF la plus proche de chez vous, soit faire la demande sur leur site en ligne.   Quant à l’Aide de logement Social (ALS), elle est attribuée aux personnes qui ne bénéficient pas de l’APL. Elle possède les mêmes conditions que cette dernière, c’est-à-dire qu’elle permet de diminuer le montant du loyer. La valeur de ce rabais se calcule en fonction des revenus de chaque colocataire. Comme pour l’APL, elle est aussi délivrée par la CAF.   Enfin, la LOCA-PASS est une aide assurée par les Organismes d’Action Logement. Elle s’opère de deux manières, soit en garantie, soit en avance. Dans le premier cas, l’organisme va payer les loyers impayés, jusqu’à 9 mois. Néanmoins, ce loyer ne doit pas dépasser les 2000 euros. Dans le second cas, le bénéficiaire pourra obtenir une allocation de 500 euros, afin de couvrir les loyers et les diverses charges.   Les conditions d’attribution de l’aide au logement dans la colocation   L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions. En premier lieu, pour bénéficier de l’APL, le colocataire doit prouver l’existence d’un bail. Celui-ci peut être conclu individuellement ou de manière collective. De même, il doit mentionner l’état du logement ainsi que les identités de chaque colocataire. Ensuite, le logement à Paris ou dans d’autres régions, doit constituer la résidence principale du locataire. L’aide au logement est octroyée sous plusieurs conditions. Enfin, il ne doit exister aucun lien entre le propriétaire du lieu et le bénéficiaire de l’aide au logement.   En second lieu, deux conditions sont nécessaires pour bénéficier d’une ALS. D’un côté, le logement doit être moins de 9 m2. Il doit posséder au moins un point d’eau. D’un autre côté, il doit être la résidence principale du colocataire.   En dernier lieu, la LOCA-PASS est attribuée aux salariés d’entreprises privées, aux jeunes étudiants moins de 30 ans, et qui justifient d’une convention de stage de moins de 3 mois.   Si vous réunissez tous ces critères, vous pouvez faire votre demande d’aide auprès de la CAF ou de l’Organisme d’Action Logement. Ces derniers vont alors examiner vos dossiers et vous demander de remplir plusieurs formalités. Dès que la demande est approuvée, une notification vous sera expédiée par courrier. En principe, l’octroi d’aide commence un mois après cette notification.